A la découverte des canyons américains

Parmi mes grands rêves, il y a avait “faire un roadtrip aux USA”. Jamais je n’aurai imaginé qu’un jour je pourrais vivre tout ça et plus encore . Il y a 8 ans, nous avons vécu “l’américan dream” en réalisant un roadtrip de 35 jours (Est et Ouest). Cela semble déjà dater, mais mes souvenirs restent intactes. Les paysages de l’Ouest américain sont des images que l’on n’oublie pas. Je vous avais déjà partagé quelques pages de notre journal de bord de l’époque mais j’avais envie de vous refaire un petit top 10 de l’Ouest Américain (hors côte). J’espère que cela vous inspirera et vous donnera un petit avant goût de ce qu’il y à voir et à faire de l’autre côté de l’océan. Alors prépare ta crème solaire, ta gourde d’eau et viens en prendre plein les yeux !


Route 66

La meilleure entrée en matière est de toute évidence la mythique route 66. Passage obligé pour tout les vrais road trippers, il s’agit d’un véritable pèlerinage. C’est l’une des routes les plus célèbres du monde. A l’origine, la seule manière de traverser les USA d’Est en Ouest était d’emprunter la route 66. Ses 3940 kilomètres traversaient nombreux états et permettaient de relier l’urbaine Chicago et ses paysages verdoyants à la glamour Los Angeles en passant par les plus grands canyons. Depuis l’apparition de l’interstate 40 (plus directe et plus rapide), la route a été désertée. Certains tronçons ont malgré tout été préservés (entre autres de Ludlow à Needles et de Kingman à Seligman).

Le long de la route, des horizons infinis et quelques “villages” survivants (qui rappellent le film Cars). Bien que la route soit en plutôt bon état (surtout par rapport à nos routes belges), n’espérez pas y rouler vite. Le trajet peut donc rapidement devenir monotone, rythmé par les DIP (les ondulations de la route). Je vous conseille donc de limiter votre trajet aux zones les plus préservées et de ne pas trop vous y attarder. Il y a une jolie halte à faire à Oatman, dans un petit village du Far West niché dans les montagnes de Mojave. Autour de vous, c’est le désert. Vous pourrez parcourir des centaines de miles sans croiser personne. Alors surtout pensez à bien vous équiper en nourriture-eau-essence. Et surtout get your kicks on road 66 !

[ Découvrez notre récit complet ]



Grand Canyon

Le plus célèbre et le plus visité des parcs nationaux américains est le Grand Canyon. Situé en Arizona, c’est clairement le parc le plus impressionnant de l’Ouest américain. Ce sont deux milliards d’années d’histoires géologique, botanique et zoologique qui se dévoilent devant vos yeux. Un phénomène né du glissement de plaques tectoniques et d’un long processus d’érosion. Il est simplement gigantesque et s’étend de 450 km de long à une large variant de 200 mètres à 29 km. Le tout pour une superficie de 4873 km² ! Autant vous dire qu’il y a mille manières de le visiter. Que ce soit à pieds, en voiture, en bus ou même par les airs. Nous avons opté pour la Rive sud par manque de temps, mais si vous désirez profiter à fond du lieu et le découvrir en profondeur prévoyez du temps (de l’eau et de bonnes chaussures !). La vue depuis les promenades est très belle mais toujours prise d’assaut par des tonnes de touristes.

[ Découvrez notre récit complet ]



Chelly Canyon

Beaucoup moins connu, le canyon de Chelly se situe à Chinle dans une réserve indienne. Beaucoup plus petit que le Grand Canyon, il a une taille plus humaine (ainsi qu’une profondeur moins marquée de 300 mètres). Son petit nom signifie “canyon rocheux”, certainement en allusion à son pic emblématique en forme de twix géant (le Spider Rock). Il est bien moins pris d’assaut par les touristes, ce qui permet de profiter pleinement du calme et de l’ambiance du lieu.

[ Découvrez notre récit complet ]


Monument Valley

Monument Valley est un lieu terriblement connu, sans même le savoir, vous l’avez déjà vu à la télé, au cinéma, dans les séries et même dans de nombreux jeux vidéos. Situé dans l’état de l’Utah sur le plateau du Colorado, il s’étend sur plus de 120 km². Ici pas de ravins, pas de profondeur, à l’inverse du Grand Canyon, tout est en relief. Comme dans immense musée naturel, les massifs rocheux de formes et de tailles différentes sont exposés. La plupart d’entre eux sont nommés et attachés à une légende.

Le parc est géré par la communauté navajo qui préserve l’esprit sauvage et authentique du lieu. On peut le visiter en voiture (il vaut mieux avoir un 4×4), à cheval ou avec un guide. Prévoyez du temps pour parcourir cette vallée désertique et n’oubliez pas de prévoir de l’eau.

[ Découvrez notre récit complet ]


Arches

En plein coeur du Far West se trouve l’un des parcs les plus spectaculaires : Arches. Comme son nom l’indique, le parc est réputé pour ses incroyables arches naturelles qui peuvent monter jusqu’à 90 mètres d’envergure ! Ces arches en grès rouges semblent tenir un peu par magie, ce qui n’empêche pas les touristes de s’en approcher. En plus de la double arche de Cove of Caves et North Window, on peut également découvrir le Balanced rock (gros rocher en équilibre au sommet d’un pic). Evidemment tout est pris d’assaut par des cars de touristes, soyez donc patient pour faire THE photo.

[ Découvrez notre récit complet ]


Bryce Canyon

Élu le plus beau parc naturel des USA, Bryce canyon fait partie de ceux qui nous ont le plus charmé. Ce parc tout en altitude, installé sur les hauteurs du plateau du Colorado, propose des paysages uniques qui vous couperont le souffle. Des amphithéâtres naturels géants recouverts de hoodoos multicolores. Les hoodoos sont des petites cheminées de roche formées par l’érosion il y a es dizaines de millions d’années. Leurs tailles et leurs formes varient (avec une hauteur pouvant aller de 1,5 à 45 mètres). De nombreux sentiers balisés sont proposés et permettent de belles randonnées avec de beaux points de vue.

[ Découvrez notre récit complet ]


Antelope Canyon

C’est désormais en Arizona que nous faisons halte. Pour toute personne aimant la photographie, Antelope Canyon est un arrêt obligatoire. Situé tout à côté de la ville de Page et du lake powell, ce parc appartient aux navajos. Il se divise en deux parties : le upper canyon et le lower canyon. Nous avons opté pour le premier qui est le plus célèbre (la plupart des photos que l’on retrouve sur le net ont été prises à cet endroit). Totalement différent des autres parcs, il ne s’agit pas ici de montagnes, d’arches ou de dénivelés importants. Antelope Canyon (surnommé le lieu où l’eau coule à travers les rochers) est en fait une succession de failles rocheuses creusées par l’eau et polies par le vent. Long de 200 mètres et large de 2 à 3 mètres, on serpente à travers les ondulations de la roche et on laisse voguer notre imagination au grée des faisceaux de lumière. On ne peut visiter ce slots canyons qu’avec un guide (pensez donc à réserver à l’avance). L’entrée est assez chère mais en vaut vraiment le coût.

[ Découvrez notre récit complet ]


Horseshoe Bend

Et voila mon spot préféré : le Horseshoe Bend ou le “fer à cheval” si vous préférez. Lors de notre séjour en 2011, l’endroit était encore totalement inconnu de la plupart des touristes. Nous avions vraiment l’impression de pouvoir profiter presque seuls de l’endroit et de sa vue incroyable (et pourtant c’était en plein mois de juillet). Depuis, grâce aux réseaux sociaux et à Instagram le lieu est devenu un spot prisé des instagrameurs et photographes. De nombreux aménagements ont donc été mit en place.

Perché à 300 mètres de haut vous aurez une vue magistrale sur ce méandre creusé par le fleuve du Colorado. C’est à couper le souffle. L’accès est gratuit et vous pourrez tout comme moi braver votre vertige pour l’admirer de près. Attention quand même à ne pas vous mettre en danger car de nombreuses personnes y ont déjà laissé la vie.

[ Découvrez notre récit complet ]


Valley of fire

La vallée de feu tire son nom des couleurs flamboyantes de ses paysages. Des dégradés de rouges, d’ocre et de gris qui se déclinent sur des roches déchiquetées. C’est le plus grand et le plus ancien parc du Nevada. Il se situe dans le désert de Mojave à une heure de route de Las Vegas. S’y promener donne la sensation d’une ballade sur mars. En plus des différents paysages rocheux, on peut aussi y trouver des pétroglyphes préhistoriques et des arbres pétrifies. Nous avons beaucoup aimé la vue de Silica Dome ainsi que le fire Canyon.

[ Découvrez notre récit complet ]


Death Valley

Last but not least, voici la vallée de la mort. Ici se trouve le point le plus bas des USA (à 85 mètres sous le niveau de la mer) mais également l’endroit sur terre ayant connu la plus haute température (en juillet 1913 avec plus de 56 degrés). Son climat désertique est le résultat des trois chaînes de montagnes environnantes bloquant les nuages. Comme vous pourrez le voir sur des dizaines de panneaux aux bords des routes, ne vous y aventurez jamais sans eau ou plein d’essence. Il est également conseillé de ne jamais s’éloigner de la voiture (car même si c’est la vallée de la mort, de très nombreuses créatures y vivent). Parmi les choses à y faire, le Badwater (point le plus bas) est un must. Le paysage est lunaire, une immense étendue de sel cristallisé. Et si comme nous vous faites ce voyage en pleine canicule de juillet, ne restez pas plus de 15 minutes au soleil !

[ Découvrez notre récit complet ]


Et vous les canyons américains y êtes vous déjà allés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *