Cape Town – Day three #Mysterytravel

Hello tout le monde ! J’espère que tout va bien pour vous ?  Pour commencer la semaine en douceur voici le récit de notre troisième journée au “bout du monde” ou tout du moins au bout du continent africain ^^.  Depuis notre arrivée sur le sol Sud Africain je n’ai cessé de développer une impatience grandissante à rencontrer les si meugnons et adorables “africans pinguins”.  Je pense ne pas être la seule d’autant que c’était vraiment un rêve de pouvoir admirer ces drôles d’oiseaux dans leur habitat naturel.  Ainsi pour cette journée “free” nous avons décidé de partir à la conquête du Cap de bonne espérance et de ses paysages incroyables.  Depuis la ville de Cape Town il y a environs deux heures de route jusqu’à Cape Point.  Etant donné que nous avions quelques stops prévus sur la route (notamment à Boulders Beach pour voir les manchots) nous avions réservé toute la journée pour cette excursion.  Je vous conseille de vous équiper d’un bon foulard, de chaussures de marche et d’une veste coupe vent.  Allez en voiture, c’est parti !


Une fois encore on marque l’arrêt le long de la route de Chapman.  Le ciel était plus couvert que les autres jours et cela donnait à la baie un air plus “normandique”.  Nous avons profité de la vue et admirer un couple de baleines qui nageait non loin de la falaise.  C’est vraiment un spectacle magnifique dont je pense ne jamais me lasser.  Et je reste impressionnée par le fait que l’homme et la nature ait trouvé le moyen de cohabiter ensemble sans se déranger.  Si un jour on retourne à Cape Town on ira faire l’excursion en bateau jusqu’à Duiker Island où vivent une colonie d’otaries.  Il paraît que ça en vaut la peine.

 

 

 



Boulders Beach & les manchots du Cap

Boulders Beach, son eau turquoise, sa jolie plage de sable fin, ses blocs de granite (vieux de plus de 500 milions d’années !), ses cars de touristes mais aussi et surtout… ses “African Penguins”.   C’est en effet ici, entre la ville de Simon’s Town et le Cap de bonne espérance que se sont installés des colonies de petits manchots.  Ces drôles d’oiseaux au plumage monochrome ont élu domicile sur cette plage il y a plus de cent ans.  A l’époque on pouvait compter plus qu’un millions de manchots mais suite à la pollution, la pêche excessive et d’autres faits de l’homme, ils ne sont désormais plus que 10 %.   C’est pourquoi cet environnement naturel est désormais préservé et protégé, dans l’espoir de voir cette espèce si attachante continuer d’exister.  Bien qu’ils vivent en totale liberté, ces palmipèdes sont très approchable (attention à ne pas les embêter ni les toucher).  Moyennant un faible prix d’entrée vous pourrez les regarder marcher maladroitement, jouer entre eux ou courir sur l’eau en restant bien entendu sur des sentiers surélevés.  Ils sont réellement à proximité mais armez vous de courage car tout comme vous de très très nombreux touristes seront ravis de les voir.

Maladroits, attachants, comiques, mignons, on pourrait les regarder pendant des heures.  Ces drôles d’oiseaux ne savent pas voler mais ils nagent comme des fusées.  N’ayant pas la possibilité de créer leurs nids en hauteur, ils les fabriquent dans le sol.  C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle ils vivent en colonie, afin de se protéger les uns des autres.  Ils sont monogames et poussent paraît-il un cri très particulier lors de leur accouplement (ce qui leur vaut le surnom de pingouins de Jackass – âne).  Ils se nourrissent majoritairement de crevettes et de poissons.  Ce sont les plus petits “pingouins” avec une hauteur de seulement 70 cm !

Après 2 mois les jeunes pingouins se couvrent d’un plumage juvénile qui sera remplacé progressivement par un plumage bleu/gris waterproof.  Et ce n’est qu’à partir d’un an qu’ils deviendront la version noire et blanche que nous connaissons tous.  Leur absence de couleur c’est leur meilleur camouflage.  Une fois dans l’eau, leur dos noir les rends invisible depuis la surface des flots tandis que leur ventre blanc se confond avec la surface de l’océan pour tous les prédateurs venus d’en bas.  La nature est quand même bien faite hein ? : )  Moi en tout cas je les trouve géniaux et j’espère pouvoir un jour rencontrer leurs cousins du Nord dans un décor plus polaire.

 


Le Cap de Bonne Espérance & Cape Point

Après plus d’une heure d’admiration pour ces volatiles palmés le chéri commence un peu à s’impatienter et me rappelle que d’autres jolies choses nous attendent.  Croyez moi je serai bien restée toute la journée à les admirer et rire de leurs acrobaties mais comme le disait si bien Nelly Furtado “why do all good things come to an end ?“.  Mais la suite de la journée nous promettait de bien jolies autres souvenirs.  Ainsi nous continuons notre trajet vers le sud avec un nouveau panorama pour horizon.  La végétation est assez particulière avec de petits buissons verts et jaunes qui couvrent toute l’étendue de la réserve.  Nous choisissons tout d’abord de nous rendre à Cape Point.

Si vous rêvez d’avoir la sensation d’être au bout du monde c’est vraiment l’endroit idéal. L’océan à perte de vue avec pour seul promontoire ces immenses falaises escarpées sur lesquelles viennent frapper les vagues.  Situé au confluent de courants maritimes contraires c’est un endroit propice à la formation de tempetes.  C’est d’ailleurs un repère important pour la navigation car il correspond à un cap où l’on cesse de voguer vers le Sud pour s’orienter vers l’Est (route vers l’Asie).  C’est la raison pour laquelle Bartholomé Diaz a donné le nom de cap de bonne espérance à cet endroit en 1488.  Et contrairement à la légende ce n’est pas du tout l’endroit le plus au Sud de l’Afrique ni le croisement entre l’océan indien et l’océan atlantique.

Nous y sommes monté avec le vieux funiculaire appelé Flying Dutchman ou en français : le Hollandais volant (comme dans Bob l’Eponge ^^).  Il est tout à fait possible de monter à pied mais vu le vent et notre manque de courage (si il faut l’avouer) on a choisit la facilité.  La montée est payante (mais très très peu chère) et se faire assez rapidement.  Une fois au sommet de nombreux chemins vous invitent à admirer la vue sous différents angles.  En haut se trouve le phare et si vous désirez sentir la force du vent c’est l’endroit idéal.  Le seul bémol ?  Les cars de touristes… mais ça c’est le prix a payer quand on visite des lieux aussi touristiques.  Nous n’y sommes donc pas resté très longtemps.  Néanmoins cela en valait la peine.


Ce que nous avons préféré c’est partir à la découverte des autres routes de la réserve beaucoup moins connues et désertées par les touristes.  Les paysages sont tout aussi beaux (si pas plus) et vous pouvez vraiment profiter de l’ampleur du lieu.  Escaladez les rochers (prudemment hein), contempler le paysage, prenez en plein les yeux et les poumons… cette sensation est juste énorme.  C’est de loin ce que j’ai préféré.  On se sent simplement… vivant.  Je crois que si on avait eu le temps nous aurions fait un vrai trekking parce que l’endroit est juste dingue.  Malheureusement le parc ferme et attention de ne pas être en retard pour peine d’amende.

La  réserve permet également de voir de nombreux animaux en total liberté tels que les autruches ou les babouins.  Bon ne vous emballer pas, ces grands primates ne sont pas du tout sympathiques et il vous est plus que recommandé de ne pas les approcher ou laisser votre voiture ouverte.  Par ailleurs ils se promènent souvent le long des routes en quête de choses à grignoter.  Ce qui permet de les voir de près.  Et après mon expérience avec les singes balinais je dois avouer que j’étais pas très emballée à l’idée de retenter le coup.

La journée s’achève et nous reprenons la route vers Cape Town avec des images plein les yeux et des souvenirs en tête.  Le Cap de bonnes espérances à totalement répondu aux nôtres.  Voir tout ces animaux en total liberté dans leur environnement naturel c’est incroyable.  Les paysages et sensations que nous avons pu ressentir étaient vraiment intenses.  Je ne peux vraiment que vous recommander d’y aller pour vivre ça à votre tour.  Prévoyez une journée complète pour pouvoir en profiter pleinement.  N’oubliez pas de vous équiper avec de bonnes chaussures, un coupe vent, un foulard et de quoi manger et boire.

C’est ainsi que s’achève notre troisième journée en Afrique du Sud.  Nous avons passé la soirée au Mojo Market, et oui c’est déjà devenu une habitude !  J’espère que cet article vous aura plu et qu’il vous aura donner l’envie de découvrir ce joli bout d’Afrique.  La semaine prochaine le voyage se poursuit avec l’ascension de la Table Mountain et le jardin botanique de Kirstenbosch. Stay tuned !

 

2 thoughts on “Cape Town – Day three #Mysterytravel

  • Reply prettylittletruth 30 octobre 2017 at 12 h 07 min

    Tes photos me rappellent de supers souvenirs! Tellement magnifique :)

  • Reply Fabi 31 octobre 2017 at 8 h 56 min

    Voilà…. destination voyage de noces presque décidée ❤️😍😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *