Du dreambuilding avec Dreamscape

Vous collectionnez les nuits blanches et les courtes heures de sommeil ? Et bien, arrêtez la camomille et les séances de relaxation, j’ai la solution ! Il est temps de remplacer le comptage de moutons et la contemplation de plafond par une nouvelle méthode ludique révolutionnaire : le dreambuilding ! Partez en quête de fragments de rêves à travers des univers oniriques et composez vous même les paysages de vos rêves. Planifiez bien votre parcours afin d’optimiser vos actions et de pouvoir récolter un maximum de ressources. Celles-ci seront indispensables pour réaliser vos chimères. Alors, guettez l’arrivée du marchand de sable, évitez de croiser la route de Mr Cauchemar et réveillez l’architecte qui sommeille en vous !

Issu d’une campagne kickstarter très réussie, Dreamscape est à mi-chemin entre un jeu de société et un poème tant son univers ravi l’imaginaire. Mais ne vous fiez pas à ses douces couleurs et ses tendres illustrations, il s’agit bien d’un jeu tactique assez exigeant qui demandera quelques parties pour être totalement apprivoisé. Dreamscape est un jeu de planification, de réalisation d’objectifs et d’agencement qui s’imagine de 1 à 4 dormeur dès 8 ans.

Le marchand de sable va passer …

Après avoir enfilé votre joli pyjama, vous vous êtes glissé sous une épaisse couverture en enfouissant votre tête dans un gros coussin tout moelleux… Voila, prêt pour le dodo ! Il ne manque plus que le marchand de sable. Et si on partait plutôt découvrir ce qui se cache de l’autre côté du voile ? Dans un premier temps, allons explorer le monde des rêves. Il paraît qu’on y trouve des lieux incroyables ainsi que tout le nécessaire pour faire de beaux rêves.

Un petit ou un grand dodo ?

Le jeu se passe en deux cycles de sommeil. Durant la phase de sommeil paradoxal, notre dormeur voyagera sur le plateau central du monde des rêves en quête de ressources. Il pourra y effectuer quatre actions (se déplacer, récupérer des éclats de rêves, profiter de la clé des songes ou encore activer un pouvoir). Une fois dans un sommeil profond, ce sera au tour de notre rêveur de façonner de jolis paysages dans notre dreamscape personnel avec les éléments récupérés.

C’est bien connu, une nuit de sommeil, c’est toujours trop court. C’est pareil dans le dreamscape. Vous ne disposerez que de 5 tours d’horloge pour créer un maximum de paysages oniriques et remporter le plus de points de sommeil possible.

Voyage aux confins de l’imaginaire

Vous l’avez compris (enfin je l’espère), votre but sera de réaliser des objectifs de rêve en construisant des paysages faits des ressources. La première phase de jeu est donc cruciale comme le dirait Amonbofis : « Pas de pierre : pas de construction. Pas de construction : pas de palais. Pas de palais : … pas de palais ». Ici, ce n’est pas un palais mais bien un paysage que nous allons devoir créer. On s’approvisionnera donc de fragments d’herbe, de chemin, de roche, d’eau et même de nuage !

Même dans le monde des rêves, il y a quelques règles à respecter. On peut se déplacer uniquement sur un lieu adjacent, seules les essences à droite seront accessibles et on ne pourra collecter que deux exemplaires d’une même ressource par voyage. Et c’est tout ? Oui ! Enfin non, chaque lieu dispose d’un incroyable pouvoir (que vous pourrez utiliser une fois au court de votre tour). Alors rendez visite à la tour des Errances, au Golem mécanique ou au Roi des songes, ils pourraient vous être d’une aide précieuse ! Mais soyez attentif à l’endroit où vous finirez votre voyage. Il déterminera l’ordre de jeu du prochain tour ainsi que le nombre de cartes objectifs que vous pourrez piocher (en cas de réalisation d’un paysage dans votre dreamscape).

Et pour gagner du temps de sommeil (c’est ce qu’il y a de plus précieux, non ?), optez pour la clé des songes. Dans chaque lieu se trouve une clé associée à un fragment de rêve. Si vous possédez un fragment identique dans vos mains, vous pouvez vous rendre dans ce lieu (pour autant qu’il soit adjacent) sans dépenser d’action ! Pratique, n’est ce pas ?

L’architecte de tes nuits

Une fois votre voyage accompli, c’est au tour de votre rêveur de jouer. Avec les ressources collectées, vous allez devoir tenter de réaliser le paysage proposé par votre carte objectif en aménageant votre dreamscape. Il existe trois niveaux d’objectifs avec des difficultés croissantes (évidemment plus le challenge est élevé, plus la victoire sera grande).

Il y a également des desseins de rêve communs à tous les joueurs. Ceux-ci jouent sur une majorité ou le chemin le plus long, etc. C’est une excellente manière de scorer des points et de garder à l’oeil la progression des autres dormeurs.

C’est là que le casse tête commence, il faudra disposez le mieux possible vos éléments pour reproduire la figure en 3D de votre carte. Vous pourrez toujours poser gratuitement un fragment sur un emplacement adjacent à un fragment déjà présent dans votre dreamscape. Par contre pour retirer un fragment ou le déplacer, il faudra faire appel aux pouvoirs de vos cartes (objectifs réalisés) ou du monde des rêves. Vous pouvez également échanger deux fragments de votre main contre un fragment choisi dans la pioche.

Au coeur du rêve

Pour déplacer votre rêveur, il vous faudra utiliser des fragments blancs, chacun permettant un déplacement sur une case adjacente. Ce petit personnage de rêveur vous représentera au coeur de votre rêve. Quand vous le poserez sur un chemin, celui-ci profitera de la balade et pourra parcourir toutes les cases brunes adjacentes gratuitement. Si deux roches sont posées l’une au dessus de l’autre, cela forme une jolie montagne. C’est bien connu que l’air de la montagne est vivifiante et la vue apaisante, en posant votre rêveur sur celle ci vous gagnez automatiquement deux points de sommeil. Et lorsqu’il s’arrête sur une case d’eau, il en profitera pour se prélasser et cela vous rapportera également un point. Il est donc possible de gagner des points juste en baladant votre rêveur dans votre dreamscape.

Vous pourrez également transformer des fragments d’herbe en arbre. Lorsqu’un arbre est planté sur un fragment, celui-ci compte désormais double lors du calcul de fin de partie (avec les objectifs communs) et chaque arbre vous rapporte un point de sommeil (oui, c’est joli les arbres).

Un vilain cauchemar

Voila pour le déroulement général d’une partie de dreamscape. Bien entendu, c’est beaucoup plus fluide une fois qu’on a fait un premier tour de jeu. Pour corser un peu les parties, vous pouvez faire entrer Monsieur Cauchemar et ses vilains fragments rouges. Une fois ce personnage en jeu, il pourra bloquer les pouvoirs d’un lieu du dreamscape, gêner les déplacements des dormeurs mais surtout semer des fragments de cauchemars qui vous pénaliseront en fin de partie.

Se coucher de bon’heur !

Alors, Dreamscape, c’est aussi bon que beau ? Oui ! C’est réfléchi, tactique et pas si simple que ça. L’univers est magnifique et la mécanique vraiment cohérente. J’ai beau chercher, je ne connais pas d’autres jeux qui y ressemblent. Certes, il n’y a pas d’interaction entre les joueurs, mais finalement, on a beau dormir l’un contre l’autre, ses rêves, on ne les partage pas ! Alors, partant pour une petite sieste au pays des rêves ?

Retrouvez Dreamscape chez Philibert au prix de 40€90

One thought on “Du dreambuilding avec Dreamscape

  • Reply Yves 8 décembre 2019 at 16 h 21 min

    Superbes photos du jeux, avec la main en bois.
    Acheté récemment, pas encore essayé, ça me donne envie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *