[Je vais mieux] Etape 2 : There is nothing wrong with you

Hellø tout le monde !  J’espère que vous allez bien ?  Aujourd’hui je continue de vous parler de moi et de ma recherche du bonheur et du mieux être.  Si vous êtes tout nouveau sur le blog, sachez que j’aime la vie que je mène, je fais de ma passion mon travail, je vis avec l’homme que j’aime et qui est également mon meilleur ami, j’ai un petit garçon merveilleux qui me remplit de fierté, deux bouledogues très affectueux, une grande maison en travaux et une famille et des amis en or.  Bref, le tableau parfait de la vie que je m’étais imaginée (et en mieux même).  Néanmoins, je ne suis pas heureuse.  J’ai cherché le bonheur dans l’épanouissement professionnel, dans la réalisation de projets, dans la suractivité et dans le dépassement de soi.  Il m’aura fallu m’épuiser pour comprendre que le bonheur commence là où on oublie souvent de regarder : en soi.  Cette année j’ai donc décidé de prendre soin de moi et d’apprendre le bonheur.

« At some point, now or later, you’re going to have to risk  BEING YOU  in order to find out who that really is.  Not the conditioned you, not the « you » you’ve been taught to believe you are, who you really are. » 

Quand, il y a quelques semaines de cela, je vous ai confié que je souffrais d’angoisses [ici], j’ai reçu énormément de commentaires et témoignages, j’ai ainsi réalisé que j’étais loin d’être la seule à vivre ainsi.  Cela m’a fait beaucoup de bien de sentir que je n’étais pas « la seule ».  J’ai donc décidé de partager avec vous les différentes phases et étapes que j’allais vivre afin d’aller mieux.  J’espère que cela pourra aider quelqu’un.  Je ne prétends en aucun cas avoir « la » solution miraculeuse, je ne peux partager avec vous que ma propre expérience.  Ma première étape a été de « gommer » les douleurs que mon corps avait accumulées via la microkinésithérapie [ici].  J’ai ensuite démarré une thérapie orientée sur les angoisses ainsi qu’une thérapie de couple pour améliorer notre manière de communiquer (non ne vous en faites pas, on s’aime toujours – et de plus en plus – mais bébé + travaux + boulot c’est parfois difficile à gérer).  Je vous parlerai de cela plus tard, parce que aujourd’hui, j’ai très envie de partager avec vous un livre que j’ai adoré et qui m’a fait énormément de bien.

La lecture est la nourriture de l’esprit, et je dois avouer que ma tête avait faim… 

Je ne suis pas une grande lectrice, et pourtant j’aime les livres.  Vous l’avez sans doute remarqué mais je suis une collectionneuse de livres pour enfants, et pourtant je ne prends jamais la peine de bouquiner pour moi.  Non pas que je n’aime pas ça, juste que je n’y pense pas, je ne prends pas le temps.  Mon chéri m’a alors fait la surprise de me commander ce livre, dont nous avions entendu parlé à un workshop [ de Sue Bryce ].  Cette grande photographe l’évoquait en exprimant à quel point ce petit ouvrage l’avait aidé à s’accepter et arrêter les processus d’auto dévaluation.  Je pense que mon Charlie a très rapidement compris que ça pouvait être un petit quelque chose qui pourrait moi aussi me convenir.  J’ai donc reçu ce petit livre qui ne paye pas de mine dans ma boite aux lettres.

« That’s why we have so much resistance to acceptance, because in acceptance there is nothing to do »

Sachez qu’il est en anglais.  Je ne suis pas du tout parfaite bilingue, mais je me débrouille (on verra si je dis tjrs pareil la semaine prochaine à notre retour de notre workshop à Londres).  Mais c’est assez simple à lire et sans termes compliqués ou expressions tordues.  Avec de temps en temps un petit coup de pouce du dictionnaire, on le lit très vite (je l’ai d’ailleurs dévoré).

Ce bouquin s’adresse aux personnes qui ont toujours tendance à se dévaloriser « je ne suis pas assez ci, j’aurai du faire comme ça, c’est toujours mieux quand ce sont les autres qui le font, et si j’ai réussi ce n’est que par chance ».  C’est exactement le type de phrases que je me répète sans cesse et qui sont les chaines qui m’empêchent d’être heureuse.  L’auteur explique que toutes ces voix dans notre tête sont celles « du self hating », qu’elles ne sont pas notre alliée et à quel point elles ont un impact sur notre moral et notre façon de vivre.  Elle (l’auteur est une femme) explique comment ce processus s’est créé et comment cela devient un mécanisme automatique.  En parcourant les pages, on se rend compte à quel point il nous est devenu normal de nous infliger de telles souffrances mentales et comme il nous est difficile d’être doux avec nous même.  Elle propose enfin d’apprendre à s’accepter, à s’aimer et à être compatissant avec nous.  Tout cela est très abstrait, mais le livre est véritablement plein d’enseignements et de vérités (tout du moins pour moi).

« This book reveals the origin of self-hate, how self-hate works, how to identify it, and how to go beyond it. It provides examples of some of the forms self-hate takes, including taking blame but not credit, holding grudges, and trying to be perfect, and explores the many facets of self-hate, including its role in addiction, the battering cycle, and the illusion of control. After addressing these factors, it illustrates how a meditation practice can be developed and practiced in efforts to free oneself from self-hating beliefs. » 

« Any time a voice is talking to you that is not talking with love and compassion, DON’T BELIEVE IT. »

 Cheri Huber qui est l’auteur de ce livre (et d’une vingtaine d’autres), est la fondatrice de centres Zen et donne différents workshop sur l’art de la méditation.  Je ne suis pas du tout une adepte de ceci, et pourtant dans notre monde qui tourne à mille à l’heure, où on a perdu le temps de vivre, apprendre à s’arrêter et se recentrer est la voie de la guérison.  Ce livre m’a énormément touché et beaucoup aidé.  Je le recommande de tout coeur à toutes celles et ceux, qui comme moi n’ont pas appris à s’aimer et à se valoriser et qui souffrent aujourd’hui de la sensation de ne jamais être à la hauteur.

« Beginning to wake up.  Beginning not to take it personally.  Beginning to see that life isn’t anyone’s fault.  It just is, anf you just are, and it’s all just fine. »

51GDrnmq2OL

Ce livre a changé ma vie.

Vous pouvez le trouver sur le site de la Fnac ou sur Amazon à moins de 10€ 

billlie

One thought on “[Je vais mieux] Etape 2 : There is nothing wrong with you

  • Reply Titisse 2 mars 2015 at 15 h 09 min

    ça à l’air très très intéressant j’avais lu ce livre qui m’avait beaucoup aidé (il y a 7/8 ans) : http://www.amazon.fr/La-force-est-en-vous/dp/2501084934
    de manière générale tout ce qui est tourné « pensée positive »
    je te souhaite d’arriver à ce bonheur, on le cherche tous je pense ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *