Macroscope, le soucis des détails

Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être

Avez vous déjà remarqué comme les enfants sont de fins observateurs ? Il vous suffit de cacher quelque chose dans une pièce et ils tomberont d’office dessus. Et depuis que notre grand lardon sait lire, plus rien ne lui échappe. Ce sens de l’observation est un très bon outil pour aiguiser leur connaissance du monde. C’est la raison pour laquelle de nombreux jeux misent sur cette qualité. Et c’est d’ailleurs le cas de Macroscope, un très beau jeu de 2 à 6 joueurs dès 6 ans, édité par Lifestyle Boardgames et distribué par Atalia.

J’ai eu la chance d’en recevoir un exemplaire pour le tester en famille et vous le présenter. La ludothèque junior ne cesse de se remplir (devrais-je dire déborder ?). Je cherche donc des jeux un peu différents avec de nouvelles mécaniques, afin de varier les plaisirs. Dans Macroscope pas de pions, pas besoin d’une mémoire d’éléphant ou de la dextérité d’un écureuil. Ici, seul votre regard aiguisé et votre esprit perspicace seront nécessaires.


Le blind test visuel

Une fois la jolie machine construite et les petits hublots installés il vous suffira d’insérer la grande pille d’images. 400 illustrations noir et blanc représentant des objets communs tels qu’une part de pizza, des lunettes ou un chien. A l’image d’un blind test (littéralement), les joueurs devront tenter d’être le premier à découvrir l’image cachée. Chacun à son tour, les joueurs pourront lancer les dés et ouvrir les hublots correspondant. A eux d’être attentifs aux moindres détails et de ne pas confondre rapidité et empressement. Car comme le dit Jafar dans Aladdin, “les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être !”.

C’est donc un jeu ultra simple sur le principe mais qui nécessite quand même une bonne vision globale. Bien que les joueurs auront le temps avant d’avoir épuisé toutes les images fournies, il sera possible ensuite de les remplacer par d’autres images de personnages de dessin animé ou de photos des membres de la famille. Et quand papa et maman ne sont pas disponible pour une partie, le Pixel y joue volontiers tout seul.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *