Museum, vous allez épater la galerie !

Les musées, vous avez toujours trouvé ça ennuyeux et peu attrayants ? Et si je vous disais que désormais, il est tout à fait possible de transformer une visite au musée en une vraie partie de plaisir… Vous ne me croyez pas ? Et bien, laissez moi vous parler de mon dernier coup de coeur ludique, une oeuvre issue d’un fructueux kickstarter signé Holy grail games : Museum ! Ses illustrations m’avaient tapé dans l’oeil et son thème avait éveillé ma curiosité. J’ai eu la chance de pouvoir le tester pour vous le présenter. Alors, Museum a-t’il l’envergure nécessaire pour épater la galerie et dépoussiérer l’image d’un musée ? Réveillera-t’il votre âme de collectionneur ? Si vous voulez le savoir, suivez le guide !


Ouverture des portes

Avant d’entrer, laissez moi vous présenter Museum. Voilà un jeu de collection et d’optimisation qui se joue dès 10 ans pour des parties de 2 à 4 joueurs d’environ 1 heure. Vous allez jouer le rôle d’un conservateur à la tête d’un prestigieux musée. Pour attirer les foules et vous démarquer des autres établissements, il faut constituer des collections d’objets et réaliser des objectifs personnels. Au plus vos collections (de civilisation ou de domaine) seront étendues, au plus vous recevrez des points de prestiges. Et bien entendu, celui qui aura le musée le plus prestigieux se verra attribué la victoire.

Simple ? Oui mais loin d’être simpliste ! Le principe du jeu est basé sur l’accumulation de cartes et l’utilisation de celles-ci, un peu comme dans un jeu des 7 familles. Et même si la prise en main du jeu est rapide et les règles très fluides, il est bien loin d’être limité. Les possibilités de stratégies sont multiples et il vous faudra vous adapter à l’opinion publique et aux événements à la Une tout au long de la partie. Pour remporter la victoire, vous devrez faire les bons choix et jouer vos cartes au bon moment… Alors, je vous explique tout ça.


L’art et la manière

Une fois la boîte de jeu ouverte, on ne peut qu’admirer la qualité des illustrations et la quantité de matériel proposé (qui est, en prime, parfaitement organisé dans le thermoformage). C’est coloré, réaliste, clair… Le thème est parfaitement mis en valeur avec beaucoup d’informations historiques sur les cartes. La mise en place se fait facilement avec les différents emplacements décrits sur la piste centrale. Maintenant que tout est installé, il est temps de remplir votre musée.

Le joueur actif commence par choisir une des cartes objets disponibles sur le plateau central, parmi les quatre continents, sans tenir compte de la valeur de la carte. Il rajoute la carte à sa main et laisse ensuite l’opportunité aux autres joueurs de choisir eux-aussi une des cartes restantes. Puisque ce n’est pas réellement leur tour de jeu, pour chaque carte emportée par un concurrent, vous recevrez un point de prestige de la pioche. Il vous est également possible de recevoir un point de prestige lorsque vous posez une carte de valeur 5 dans votre musée (mais nous y reviendrons plus tard).


Choisir c’est renoncer

Une fois le tour de table terminé, le joueur actif peut mettre en place différentes actions. Il peut choisir d’exposer une ou plusieurs cartes de sa main dans son musée (plateau personnel). Pour se faire, il devra dépenser autant de points de prestiges ou de valeur de cartes que celle choisie. Par exemple, pour exposer une carte de valeur 4, il pourra défausser une carte de valeur 3 ainsi qu’un point de prestige. Les cartes dépensées seront placées dans votre réserve personnelle, vous pourrez toujours les récupérer en les achetant (en valeurs de cartes ou points de prestiges) mais désormais, elles sont accessibles à tous les joueurs.

L’intérêt est donc de bien choisir ses cartes (des petites valeurs faciles à exposer mais également des cartes avec beaucoup de prestiges servant comme monnaie).

Pour chaque artefact (carte) exposée dans son musée, le joueur pourra avancer son pion sur la piste des scores d’autant de cases que la valeur de la carte. Pour chaque palier de 10 points franchis, il recevra une carte mécène lui conférant une prérogative spéciale.

Le joueur dont c’est le tour pourra aussi choisir d’engager un expert (parmi les trois disponibles) en les payant en points de prestige. Ceux-ci pourront vous être très utiles durant la partie (pour compléter une collection par exemple).

Ou encore, le joueur peut choisir de ne faire aucune de ces deux actions et procéder à un inventaire. Il peut alors reprendre les cartes de sa réserve et les ajouter à sa main. Attention à la limite de 7 cartes en main qui devra toujours être respectée.

Les pioches sont ensuite complétées et les tours suivants s’enchaînent de la même manière jusqu’à ce qu’un joueur atteigne 50 points de prestiges sur la piste de score.


Gare à l’opinion publique

Bah c’est tout ? Non bien sûr ! A chaque nouvelle manche, une carte à la Une devra être révélée. Celle-ci annoncera un nouvel événement historique qui influencera le monde et donc vos possibilités (par exemple la seconde guerre qui éclate en Europe rendra tout commerce sur le continent impossible et donc, plus aucune carte Europe ne sera disponible pendant la manche). De quoi bouleverser votre stratégie et pimenter sérieusement la partie.

Des cartes d’opinion publique ont également été dispersées à travers les continents. Lorsqu’elles se révéleront durant la partie, celles-ci entacheront la réputation des artefacts et donc de leur détenteurs avec des points négatifs en fin de partie.


Exposer vos collections

Ok mais c’est quoi le but ? Bah gagner pardi ! J’espère que vous l’aurez compris, toute la dynamique du jeu repose sur la collection de cartes. En début de partie, chaque joueur reçoit une carte d’objectif personnel secret qui lui permettra de scorer des points en cas de réussite.

Il pourra également gagner des points en fonction de ses collections. Au plus il comptabilisera de cartes, au plus le gain de points sera exponentiel. Les domaines (représentés par l’icône en haut à droite de la carte) devront être de civilisations différentes tandis que les collections de civilisations ne prendront en compte que le nombre de cartes (mais rapporteront moins).

Mais, pour que les collections puissent être comptabilisées, il faut qu’elles soient correctement installées dans votre musée. Les cartes devront donc être rangées sous forme de galeries et se toucher orthogonalement (certaines faisant partie de plusieurs collections). A vous de jouer à Tetris et de réajuster tout cela intelligemment au cours de la partie. Et si vous arrivez à remplir votre musée ou/et la galerie centrale, cela vous apportera également des points supplémentaires.


Course au prestige

Museum, c’est beau, malin, ça se joue facilement mais avec beaucoup de choix stratégiques et c’est totalement addictif. Il est accessible sans être simpliste et un peu comme pour des enchères secrètes, il vous faudra attendre la fin de la partie et du décompte des points pour proclamer haut et fort votre victoire. Nous, on l’adore et c’est le jeu qu’on sort le plus en ce moment. Bref, voila de quoi s’ a-musée tout l’été !


Alors, toi aussi, t’as envie de devenir un fin collectionneur ?
File sur Facebook, il y a un concours en ce moment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *