Quand les angoisses ont pris le contrôle de ma vie

J’ai longtemps hésité avant d’écrire cet article. Sans doute parce que mettre des mots sur mes maux étaient en quelque sorte admettre la maladie.  Mon blog étant un peu ma bulle de jolies choses et d’ondes positives à moi, c’était difficile d’accepter y reconnaître que tout n’est en réalité pas si rose.  C’est vous parler de choses plus personnelles et qui ne sont pas simples et légères à expliquer.  Mais ce matin, je sais que ce post devient inévitable.  Non seulement pour moi, pour partager la réalité de mon quotidien, mais également pour expliquer à mes proches « ce qui m’arrive ».

Au départ, je pensais que c’était dû à une trop grosse dose de stress et l’accumulation de pas mal de surmenage.  Après un court passage aux urgences et les résultats d’une batterie de tests et d’examens clinique, j’ai pensé que je souffrais d’un burn-out.  Tous les symptômes y ressemblaient.  Etant jeune indépendante, je ne pouvais pas me « permettre » de mettre en pause mon travail pour souffler et prendre le temps d’aller mieux.  J’ai donc cadenassé touts ces angoisses dans un coin de ma tête, ne m’accordant pas le temps d’y penser.  Mon coté rouleau compresseur a ainsi pris le dessus.  Je n’ai pas arrêté, enchaînant projet après projet.  J’ai dans la foulée passé mon permis de conduire.

Là encore, mon corps était pourtant clair.  Chaque cours était une épreuve que je lui infligeait, me convainquant que ce que je pouvais ressentir n’était que la conséquence de ma peur et que tout le monde devait ressentir la même chose.  Mais chaque fois, c’était un peu plus dur, et j’appréhendais de plus en plus les douleurs physiques que cela me provoquait : un manque d’air, des étourdissement, une grosse pression thoracique, des crampes intestinales de force 8 et la sensation de mourir et de ne rien pouvoir y faire.  Mon entourage compatissait mais ne comprenait pas.  Comme auraient ils pu ? Moi même je m’en voulais d’être si faible et de ne pas arriver à « gérer mon stress ».  Et plus le temps passait, plus les symptômes s’accentuaient malgré tous mes efforts pour « garder le contrôle ».

Je pensais que ce n’était dû qu’à une période ou un événement précis. Et puis, au fil des mois, les crises se sont accentuées et ont commencé à arriver n’importe quand pour n’importe quoi.  La route pour aller à LLN était devenue un déclencheur de stress (me rappelant ce que je ressentais quand j’allais à l’auto école), ne rien faire (comme quand on est chez le coiffeur) était également devenu une épreuve.  Je n’osais plus aller au restaurant, et puis j’ai fini par avoir peur de manger en dehors de chez moi (de peur d’être malade).  Même chez nos amis et dans des lieux qui ne me sont pas inconnus, je luttais pour contrôler mon mal-être (souvent le besoin de sortir quelques minutes pour prendre l’air).  Et progressivement, le simple fait de sortir de chez moi était, sans que je ne puisse y faire quoi que ce soit, un challenge.

Comprenez-moi, je sais que utiliser le terme « maladie » quand on parle de quelque chose comme les angoisses, peut sembler exagérer (surtout quand on pense aux personnes atteintes de cancer ou autre).  Je pensais comme vous.  Je me disais que l’esprit était contrôlable et qu’il me suffisait de « faire des efforts » et d’apprendre à relativiser pour que tout s’arrange.  J’ai eu tord.  Ces angoisses qui auraient pu être soignées, se sont transformées en phobie.  Et désormais, la simple idée de sortir de chez moi, même pour aller faire quelques courses me rend malade.

J’ai compris que ma volonté et mon caractère obstiné ne pouvait rien contre ça.  J’ai réalisé que j’étais comme prise en otage dans un corps qui ne m’obéissait plus par une tête que je ne comprenais plus.  J’étais enfermée.  Toutes ses choses simples (faire les courses, aller faire une promenade, une journée shopping avec ma maman, etc) n’étaient plus possible pour moi.  J’ai commencé à vraiment avoir peur.  Et j’ai compris que ce qui m’arrivait n’était plus une question de volonté mais bien une maladie que j’allais devoir combattre et guérir.

Ce qui est compliqué quand on souffre de ce type d’handicap, c’est qu’il n’y a pas de faits scientifiquement écrits et de médicaments miracles qui vous guériraient rapidement et efficacement.  Pour la plupart des gens, ce n’est pas une « vraie » maladie,  sans doute parce que tout le monde « souffre de stress » et que, si eux y arrivent, pourquoi moi je n’y arriverais pas. Oui, mais c’est là qu’ils se trompent.  Je ne suis pas stressée.  J’ai développé des crises d’angoisses et une phobie de celle ci.  Je ne suis pas la seule, il paraîtrait qu’un belge sur huit souffrirait d’angoisses.

Je ne suis pas la seule.  Ce ne serait finalement pas ma faute ?  La lecture de cet article m’a simplement fait m’écrouler en larmes.  C’est bête, je sais.  Et pourtant je me suis sentie comprise.  J’ai ensuite décidé de prendre ma vie en main et de commencer une thérapie.  Et j’ai réalisé que trouvé un psy était finalement bien plus difficile que je ne le pensais.  Pas spécialisé en angoisse, pas joignable, ou alors on tombe sur « bonjour la centrale des psychologue de Belgique » qui est selon moi la plus grande arnaque et boîte d’incompétents qui puisse exister.  Et je vous dis ça après deux rendez-vous annulés sans que nous soyons prévenus… normal quoi… Heureusement que j’appelais pas pour me suicider.

Déjà qu’on se sent incompétent, mal dans sa peau, affaibli et incapable de supporter les conflits ou de prendre des initiatives, on se retrouve désarmé et perdu sans savoir quoi faire.  Et on finit par avoir tout simplement envie de laisser tomber, de ne plus essayer d’expliquer les choses ou d’essayer de trouver de l’aide.  On abandonne.  Mais on ne peut pas, parce que tout simplement la vie continue et que d’autres personnes comptent sur nous.

J’ai donc pris plusieurs rendez-vous : psychologue spécialisé dans les angoisses et phobies, micro kiné, et j’aimerais aussi aller voir une psychologue spécialisée dans les douleurs liées à l’esprit.  Bref on avance, on tente et on se bat.  Si je vous écris ce message, c’est dans l’espoir d’aider une autre personne qui subirait elle aussi les foudres de son inconscient en lui montrant qu’elle n’est pas seule.  C’est aussi pour essayer de faire comprendre à ma famille, à mes amis ce que je vie en ce moment.  Pardon pour tout ceux et celles que ceci n’aura pas intéresser.  Mon prochain article sera beaucoup plus léger, promis.

Un article très complet sur le sujet  :  ICI

00

billlie

76 thoughts on “Quand les angoisses ont pris le contrôle de ma vie

  • Reply lipspicntrips 18 janvier 2015 at 1 h 58 min

    Coucou, c’est très courageux de ta part d’écrire ça ici ! On sent que tu as envie de t’en sortir et tu te prends en main, je pense que tu as plus de forces que ce que tu ne penses en réalité. N’abandonne pas en tout cas ! je te souhaite beaucoup de courage :)

    • Reply Billie 19 janvier 2015 at 12 h 28 min

      Merci beaucoup Jessika ! C’est un combat que je dois mener et je penses que seule je ne pourrai pas y arriver. Plusieurs rendez-vous ont été pris… J’y crois. <3

  • Reply cecile withalovelikethat 18 janvier 2015 at 8 h 25 min

    A vrai dire, il y a des therapies qui fonctionnent (et c’est scientifiquement prouvé) contre les crises d’angoisses. Ce sont les therapies cognitives et comportementales. (Je suis chercheuse en psychologie mais surtout j’ai souffert de crises d’angoisses également à la mort de ma mère…) Et tu sais quoi…la bonne nouvelle c’est que ça se guerit super bien !pour la belgique je ne sais pas mais regarde sur le site de l’aftcc ils pourraient oeut être te rediriger vers des bons psy en belgique ! Bon courage et ne t’inquietes pas…une fois que tu auras trouvé la bonne personne ce sera tres rapide ! Bisous

    • Reply Billie 19 janvier 2015 at 12 h 31 min

      Merci Cecile, je commence la semaine prochaine une thérapie cognitive, j’espère que ça fonctionnera, même si je sais que sur le long terme je dois également traité le problème depuis la racine. Je ne savais pas que tu avais connu ça, c’est très rassurant de voir que c’est possible de s’en sortir. Merci <3

      • Reply cécile withalovelikethat 19 janvier 2015 at 12 h 58 min

        faire une thérapie cognitive, ne veut pas dire que tu ne traiteras pas le problème de fond (s’il y en a un!), le psy s’adaptera à tes besoins.

  • Reply Soso 18 janvier 2015 at 11 h 28 min

    Hello Billie, je voulais te dire que ton article est très courageux et que je suis très fière de toi et des combats que tu mènes en ce moment. Il est bien clair que le plus dur des combats, c’est celui qu’on a avec soi-même. Que force et courage puisse être des mots réconfortants! Je crois en toi et je t’aime.

    • Reply Billie 19 janvier 2015 at 12 h 31 min

      Merci ma Soso <3

  • Reply Sarah 19 janvier 2015 at 0 h 40 min

    Ça peut te sembler bizarre, même peut-être déplacé, mais je suis contente de lire ça. Non pas parce que c’est joli, gai et joyeux bien sûr, mais parce que je sais que mettre des mots sur ce que l’on vit de plus dur c’est la première étape du mieux-être. Se mettre à nu, c’est reconnaitre et quelque part, s’obliger soi-même à ne plus reculer.

    • Reply Billie 19 janvier 2015 at 12 h 33 min

      Merci Sarah ! C’est clair que ce n’est jamais simple d’admettre ses faiblesses et encore moins de les afficher ainsi (surtout quand l’article fait la grande une d’Hellocoton ^^). Mais comme tu dis c’est ma façon à moi d’avancer et de marque le début de mon combat (cette fois c’est un peu mon blog que je tatoue).

  • Reply Claudia etc 19 janvier 2015 at 12 h 12 min

    Je me reconnais dans chaque mot que tu as écrit et je le confirme, c’est une P….. de maladie mais si difficile à comprendre pour les gens qui ne vivent pas ce que nous subissons, nous les angoissés! C’est très courageux de ta part d’écrire cet article car cela relève tellement de l’intime et en même temps, l’accepter c’est déjà 50% du chemin parcouru.
    Une psychothérapie avec un bon professionnel est une aide considérable. C’est un long et difficile travail sur soi mais chaque petit pas est important et mène à la guérison! Plein de courage à toi and be strong! :)

    • Reply Billie 19 janvier 2015 at 12 h 35 min

      Merci Claudia pour ton message. Plein de courage à toi aussi <3 J'espère que tu arrivera aussi à dompter ces satanés angoisses. Thnks & take care <3

  • Reply doucebarbare 19 janvier 2015 at 12 h 19 min

    Les maladies ne se comparent pas. Ce n’est pas parce que ton mal ne se voit pas sur une radio qu’il n’existe pas, parole d’une malade grave (selon ta définition!). C’est juste qu’on ne sait pas encore voir les marques physiques au niveau du cerveau ou autres.
    Ce n’est JAMAIS une faute d’être malade.
    Courage à toi.

    • Reply Billie 19 janvier 2015 at 12 h 36 min

      C’est certain, mais c’est toujours délicat d’oser se plaindre parce que il existe toujours des personnes qui vivent des situations plus difficiles que nous sans pour autant en parler. Plein de courage à toi aussi <3

  • Reply Parisian koala 19 janvier 2015 at 12 h 49 min

    Coucou, je voulais te dire que je compatis, j’ai souffert de ça -que j’appelle phobie sociale- à l’âge de 13 ans, j’en ai bientôt 22, je me rappellerai toujours de ce que je ressentais à l’époque.

    J’ai toujours des angoisses mais ça va beaucoup mieux mais ça a été très long et avec des rechutes. Je suis passée par un nombre incalculable de psy, de médicaments etc … Je voulais te dire que ça part, la TCC « je réinvente ma vie » de Young et l’EMDR sont efficaces, mais pas plus que le soutien des proches.

    Pour leur expliquer ma phobie scolaire j’utilise toujours des comparaison comme  » tu vois pour toi c’est normal d’aller faire des courses ( par exemple) mais imagine que dans le magasin il y ait plein de serpent/araignée/cafard qui dès que tu rentres te monterais dessus, moi c’est la même chose sauf qu’il n’y a pas de bestioles mais maintenant tu peux comprendre l’intensité de ma phobie ». C’est pour moi une maladie à partir du moment où cela t’empêches de faire des choses « comme les autres ».

    Le fait que tu parles de maladie comme le cancer est assez troublante pour moi, car j’ai toujours comparé mes angoisses à cette maladie, plus jeune j’enviais les gens dont les maladies se voyaient, car on ne peut pas douter d’un cancer, mais des angoisses ? C’est forcément parce qu’on est  » faible » pour les autres…
    Évidemment maintenant, je me dis que la vie du voisin n’est pas forcément mieux que la mienne avec mes angoisses, que si on ne me croit pas et bien tant pis ça fera le ménage, que je suis plus sensible que la plupart des gens et que je chéri cela. Que ça me permet de voir certaines choses que d’autres ne peuvent pas voir ou sous un angle différent, de pouvoir mieux comprendre certaines personnes peut être.

    J’ai aussi réussi à développer un protocole ou du moins une espèce de protocole, pour traiter les angoisses de façon plus naturelle, de trouver ma voie, on peut en faire une force :)

    N’hésite pas à m’envoyer un mail si tu veux en parler, je ne te jugerais pas et parfois en parler avec des inconnus qui ont vécu la même chose aide,

    Bon courage.

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 21 h 09 min

      Bonsoir ! Merci pour ton message et pour ton partage, je n’ose même pas imaginer comme ça a dû être difficile de vivre ça aussi jeune. J’ai 27 ans et je me sens déjà désemparée quand ça m’arrive… alors à 13 ans… Bravo à toi pour ton courage ! Je sais que c’est un combat qui est rude à mener. Je note la TCC ! Je souhaite que tout continue d’aller de mieux en mieux pour toi <3 Plein de bisous et de courage !

  • Reply lialia 19 janvier 2015 at 12 h 55 min

    Ton article, je le trouve très courageux. Je ne sais pas si tu peux te déplacer jusqu’à Bruxelles mais sache qu’ici, il y a la clinique antoine de page et il y a des thérapeutes spécialisés en tcc. Si tu as besoin de plus d’infos, envoie-moi un mail.

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 21 h 06 min

      Bonsoir Lialia ! Merci pour ton message ! Super pour l’info je note ! J’ai déjà pris plusieurs rendez-vous mais si ça ne me convient pas je sais où aller :) Des bisous !

  • Reply Frambuesa 19 janvier 2015 at 12 h 59 min

    Coucou ! Tu n’as absolument pas à t’excuser pour ton article ! Oser en parler, c’est une première étape très importante pour aller mieux. Dans le monde bucolique des blogs, on a souvent l’impression que toutes les blogueuses ont une vie parfaite et ça fait du bien de voir que finalement non, on n’est pas la seule à connaître des angoisses et des périodes difficiles psychologiquement. Bravo pour cet article, je pense qu’il fera un grand bien à beaucoup de lectrices…

    Bises, à bientôt ! ;)

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 21 h 11 min

      Bonsoir Frambuesa ! Merci pour ton message ! Oui c’est vrai qu’on a tendance à ne voir que des articles tout roses et tout jolis qui respirent le bonheur et la joie de vivre. J’avais besoin de montrer aussi la partie plus sombre de ma vie, un peu comme le besoin d’être sincère. Je me rends compte qu’effectivement ça a touché beaucoup de monde. Plein de bisous et à bientôt (pour un article plus joyeux !).

  • Reply addictshoppeuse 19 janvier 2015 at 12 h 59 min

    Coucou, je viens de lire ton post et il m’a beaucoup touché, car je connais bien le sujet. En fait ce que tu décris c’est typiquement de l’agoraphobie, qui n’est pas comme on peut le penser la peur de l’extérieur, mais la peur d’avoir peur, la peur de ressentir à nouveau cette sensation effrayante, car une crise d’angoisse, c’est effrayant, pas dangereux mais effrayant. Tu as effectivement les TCC (therapie comportementale et cognitive) qui aident beaucoup, même s’il est difficile de trouver un spécialiste qui la pratique vraiment, certains se concentrent plus sur la partie comportementale en oubliant le cognitif.
    Par contre ce n’est pas une maladie mais un trouble du comportement, très handicapant, les gens ne se rendent pas compte à quel point ça perturbe la vie d’une personne, mais ce n’est pas définitif, car comme pour tout mauvais comportement, on peut le changer.
    Je te souhaite beaucoup de courage <3

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 21 h 19 min

      Bonsoir Addictshoppeuse ! Merci pour ton message ! C’est vrai qu’il est plus juste de parler d’un trouble, mais j’avais besoin de faire comprendre à mes proches que, tout comme pour une maladie, ça ne se contrôlait pas. Les rendez-vous sont pris, j’ai bon espoir et puis de toute façon ça doit aller mieux, la vie continue <3 Merci beaucoup !

  • Reply MarieandMood 19 janvier 2015 at 13 h 38 min

    Ma chère Billie.

    Ton texte est touchant et très courageux. Je n’aurais pas su trouver tes mots.
    Je me suis retrouvée dans ton texte car je suis depuis 5 ans esclave de mes crises d’angoisses qui se traduisent par des crises de tétanie, sensations de vertiges, bouffées de chaleur, gorge sèche… Affronter le monde est devenu une épreuve de tous les jours.
    Je suis blogueuse mode à Lyon, mais cette chose qui conduit ma vie, je ne peux plus me rendre dans les grandes surfaces, dans les boutiques ou même me balader en ville un samedi après-midi.
    Au début, j’ai modifié mon quotidien en évitant le cinéma, les restaurants, les transports en commun.
    Aujourd’hui je ne peux pas conduire car je panique et mon angoisse prends le dessus.
    Je pourrais t’écrire un roman car je sais que tu comprendrais.

    J’ai vu des spécialistes, des psychologues, médecin chinois, sophrologues et autres… Au début on m’a donné des anxiolytiques comme traitement et que j’ai pris en me rendant compte que je devenais « addict » à ça.
    Dans mon sac, il y aura toujours un sac en plastique, du sucre ( me demande pas pourquoi, la peur de tomber dans les pommes), un éventail…

    Mon quotidien n’est plus le même et mon entourage ne comprend pas toujours ce que je vis. Car il n’y a pas de mots pour l’expliquer.

    Un combat du quotidien et ton texte m’a parlé. Merci pour cette belle écriture.

    Prends soin de toi.

    xxx

    http://www.marieandmood.com/

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 21 h 35 min

      Bonsoir Marie ! Comme je te comprends et comme je compatis (vivant les mêmes symptômes). Je te souhaite de tout coeur de trouver une solution qui puisse t’aider et te soulager. Je te partagerai mon expérience et les étapes du chemin que je vais prendre. J’espère que ça t’aidera et pourra t’apporter des solutions. Je te fais plein de bisous et je t’envoi plein de courage ! <3

  • Reply Mnêmosunê 19 janvier 2015 at 13 h 59 min

    Bonjour Billie, on ne se connaît pas, c’est la première fois que je passe sur ton blog du fait de ta une HC (félicitations !), mais j’aimerais t’apporter mon petit témoignage.
    J’ai moi aussi, il y a 6 ans, fait un espèce de burn-out qui en fait était un trouble panique : je faisais des crises pour un oui ou pour un non, c’était, comme tu le décris, très handicapant.
    Pour m’en sortir, j’ai fait une thérapie (j’y suis toujours d’ailleurs), une TCC avec une psy qui pratique l’hypnose. Je ne dis pas que l’hypnose soit pour tout le monde (ça remue beaucoup), mais pour moi cela a fonctionné. Depuis environ 3 ou 4 ans, je fais très rarement des crises de panique, ça m’arrive encore (1 à 2 fois par an), mais je sais les gérer. En tout cas la psychothérapie m’a énormément aidée, pour toutes mes crises et ce dès le début.
    Je ne sais pas si tu connais la cohérence cardiaque ? C’est une manière de respirer qui permet de s’apaiser en quelques minutes. J’en fais tous les matins et tous les soirs, et quand les crises sont là, ça m’aide beaucoup. La phytothérapie et l’homéopathie ont été (et sont toujours !) d’une grande aide pour moi.
    Je te conseille aussi le livre d’Olivia Hagimont « Ca n’a pas l’air d’aller du tout », qui parle de son expérience des crises de panique et comment elle s’en est sortie (j’en avais parlé sur mon blog ici : http://www.mnemosune.fr/2012/07/04/ca-na-pas-lair-daller-du-tout-olivia-hagimont/). Il y a à la fois plein de conseils pour toi et aussi une partie BD qui peut permettre d’expliquer à tes proches ce que tu ressens / comment se manifeste la maladie.
    Je te souhaite beaucoup de courage pour avancer avec cette maladie. Et comme tous les autres l’ont dit, tu as sans doute bien plus de force en toi pour t’en sortir.
    Bon courage, prends bien soin de toi !

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 21 h 29 min

      Bonsoir Mnêmosunê ! Merci pour ton message. Je ne connais pas du tout la cohérence cardiaque mais je vais palier à ce manque de connaissance de suite : ) Le livre a l’air vraiment sympa (j’aime quand il y a des dessins ^^). Merci pour tout tes conseils <3 Des bisous !

  • Reply Sarah 19 janvier 2015 at 14 h 03 min

    Comme je te comprends, j’ai souffert d’à peu près les mêmes problèmes il y a un an, sans doute trop de stress, et puis surtout de ne pas écouter son corps. Je ne pouvais plus sortir, et puis j’ai laissé le temps, sans me forcer, j’ai changé plusieurs choses dans ma vie, et maintenant, même si ce n’est pas tout rose, je me débrouille beaucoup mieux :). L’important est de ce dire que ça ne va pas durer, et puis il y a plein de personnes dans le même cas, qui finissent par s’en sortir, c’est plutôt rassurant !
    bon courage à toi !

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 21 h 26 min

      Bonsoir Sarah, merci pour ton message plein d’espoir ! Je crois que le plus important est d’apprendre à s’écouter et être doux avec soi <3 Chose que je vais apprendre petit à petit et j'espère que ça changera tout. Plein de bisous !

  • Reply Fanny 19 janvier 2015 at 14 h 09 min

    Tout d’abord bravo pour avoir eu le courage d’en parler ici ! Certains vont peur-être trouver mon conseil étrange mais je connais quelqu’un qui a eu recours à l’hypnose (pas un charlatan hein, un vrai médecin) et sur qui ça a très bien fonctionné. Ses angoisses se sont considérablement atténuée et étaient plus facilement gérables… Il faut juste trouver la bonne personne.

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 21 h 25 min

      Coucou Fanny ! Pas étrange du tout, on m’en a beaucoup parlé ! Je l’ai d’ailleurs envisagé de nombreuses fois, juste difficile de trouver LA bonne personne parce que c’est pas un métier dont on parle beaucoup… Merci pour ton message !

  • Reply Mawa Jane 19 janvier 2015 at 14 h 10 min

    Bravo pour cet article très personnel, qui n’a pas dû être facile à écrire. Je n’ai jamais souffert de ces problèmes mais j’imagine, sans te juger une seconde, à quel point cela doit être dur à à vivre et à expliquer aux autres. Tout ce que je peux faire, c’est te souhaiter du courage et t’envoyer plein d’ondes positives. Tu t’en sortiras !
    Gros bisous réconfortants

    http://www.mawajane.com

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 21 h 23 min

      Bonsoir Mawa Jane ! Merci pour ton message <3

  • Reply Hilly 19 janvier 2015 at 14 h 24 min

    Hello,
    Je te comprend tellement. Je me suis senti exactement comme toi (je me sens encore d’ailleurs)
    Je viens de réussir à faire le pas moi aussi pour en parler sur mon blog et je sais comme c’est dur de se livrer ainsi.
    Courage, prends soin de toi.

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 21 h 03 min

      Hello Hilly ! Bravo à toi aussi <3 C'est un premier pas... et même si ce n'est pas facile on se sent plus "libre" après non ? Plein de courage à toi aussi ! Take care <3

  • Reply lesdoucesparoles 19 janvier 2015 at 15 h 56 min

    Bonjour !
    Pour commencer, j’ai beaucoup apprécié la manière dont tu as écris cet article. Comme tu l’as dis, tu as longtemps hésité à le faire et cela n’a pas dû être très facile pour toi. C’est très courageux de partager ses peurs avec les autres, ça prouve que tu as envie d’avancer et de t’en sortir.
    Je suis très touchée par ce que tu as écris, j’espère que tu te sentiras mieux au fil du temps.
    Merci d’avoir partager tes pensées avec nous.
    A bientôt !

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 58 min

      Bonsoir ! Un tout grand merci pour ton message <3 Je t'avoue que je l'ai écris sans trop réfléchir pendant une crise d'angoisse où j'avais besoin de vider ma tête en tapant frénétiquement sur les touches de mon clavier. Je me rends compte que ça a touché beaucoup plus de monde que je n'aurai pu l'imaginer (à l'origine c'était surtout adressé à mes proches). Mais je suis ravie si ça a pu aider d'autres que moi ! Plein de bisous !

  • Reply Mimosa 19 janvier 2015 at 16 h 25 min

    J’ai les larmes aux yeux en lisant ton article.
    Parce que depuis 2 ans et demi je suis dans la même situation que toi. (Même si depuis tout ce temps les choses se sont arrangées, et que 10 mois de thérapie sont passés par là).
    Je ne vais pas m’attarder sur mon cas, j’aimerai juste te dire que même si c’est difficile à croire, un jour ça ira mieux. Sincèrement.
    La thérapie m’a aidé mais elle ne m’a pas guéri. J’ai encore beaucoup de chemin à parcourir, j’essaie de lire des livres sur les peurs (notamment celui là : http://www.amazon.fr/Ces-gens-qui-peur-tout/dp/2761920449) qui m’aident un peu aussi à trouver des moyens de changer un peu les choses, d’avoir des petits exercices à faire pour progresser.
    Aujourd’hui j’ai toujours peur de sortir seule, mais j’essaie petit à petit de me lancer, de prendre la voiture seule pour des petits trajets, … faire les courses seule par exemple m’est encore impossible.
    En tout cas si tu as besoin de parler à quelqu’un qui est dans le même cas que toi (même si on ne se connait pas, desfois c’est peut etre plus facile de parler à des inconnus..), n’hésite pas, parce que je sais que moi j’aurai aimé avoir quelqu’un qui me comprenne…
    Bon courage dans ton chemin vers la guérison. J’espère que tout s’arrangera petit à petit.

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 56 min

      Bonsoir Nathalie ! Merci pour ton message, chaque petit pas est une victoire et j’ai confiance qu’au fil du temps tout redevienne normal. Je ne connaissais pas ce livre, je file voir :) Je te souhaite de pouvoir te débarrasser totalement de tes démons <3 Je te fais plein de bisous !

  • Reply Et pourquoi pas Léa ? 19 janvier 2015 at 18 h 44 min

    Coucou Billie !

    J’ai découvert ton blog et notamment cet article grâce à Hellocoton, où tu es en grande Une. Quand j’ai lu le titre, j’étais contente que quelqu’un parle de tout ça, mais j’avais aussi peur de cliquer. J’avais peur de devoir lire un article parlant d’angoisses, que ça me fasse remonter certaines émotions, que je sois plus en mesure de nier ce qui m’arrive. Parce que, comme tu le dis au début de ton article, on a tendance à vouloir le nier, refuser d’accepter qu’on est malade, que quelque chose ne pas va. Je suis en plein dedans, d’ailleurs. Quelque chose ne va pas, puisque je suis actuellement déscolarisée, et le simple fait de sortir de chez moi me rend malade, ok, j’en suis consciente. Mais je préfère me dire que c’est normal, que c’est pas grave.

    Tu as très bien expliqué ce que je ressens, ce que tu ressens et ce que « nous » ressentons de manière générale. C’est compliqué de parler d’angoisse, c’est difficilement compréhensible pour les personnes extérieures, et ton article m’a en tout cas fait comprendre une chose, c’est qu’effectivement, ce n’est pas une question de volonté. Comme toi, mes proches me l’ont rabâché, même si c’était pas toujours sous un mauvais ton, ils me disaient de me bouger, de surmonter tout ça, que je devais me motiver, et tu m’as fait ouvrir les yeux. :)

    Je nie encore beaucoup ce qui m’arrive, j’ai rien entamé du tout, je m’en sens pas prête mais quelque part, je sais pas si je me sentirai prête un jour donc j’imagine qu’il faudrait que je me fasse une raison pour faire des démarches dès maintenant. Ton article me donne du courage, merci beaucoup :)

    Belle soirée
    Léa

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 54 min

      Bonsoir Léa, merci beaucoup pour ton message. Je pense que ayant malgré tout cliqué sur le lien et lu ainsi que commenté mon article c’est que quelque part tu ne le nie plus autant que ça. C’est un premier pas. Je sais à quel point c’est dur, mais pouvoir en parler simplement à son entourage c’est libérateur. C’est une partie des angoisses en moins déjà. Pour la partie médicale et pour les démarches c’est plus compliqué je l’avoue. Mais promis je donnerai des nouvelles des différentes thérapie et rdv que j’ai pris. J’espère du fond du coeur que ça pourra t’aider et t’encourager. Je te fais plein de bisous. Saches en tout cas que tu n’es pas seule, et que en lisant les autres commentaires, nous sommes nombreuses à vivre cette prise en otage par les angoisses. Plein de courage !

  • Reply Marie 19 janvier 2015 at 19 h 00 min

    Juste un petit mot pour je l’espère te rassurer et te donner de l’espoir. Un de mes amis les plus proches a vécu ça, il y a quelques années. Aujourd’hui il s’en est sorti grâce à des thérapies. Et aujourd’hui, nous sortons comme si tout ça n’avait jamais existé. Je te souhaite beaucoup de courage.

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 50 min

      Merci Marie <3 J'ai hâte d'être à cette étape =) Pouvoir aller simplement au resto avec mon chéri après une journée de shopping sans avoir eu aucune angoisse :) J'y crois ! Merci pour ton témoignage ! des bisous

  • Reply sushiwynn 19 janvier 2015 at 19 h 05 min

    J’avais écris un super commentaire et il n’a pas fonctionné super! Je disais que j’ai traversé les mêmes crises d’angoisse. Je ne pouvais plus sortir de chez moi, ou même y rester seule puisque je faisais aussi tout seule. Je suis tombée dans les pommes un bon nombre de fois dans le bus, magasins… parce que je n’arrivais pas à respirer. Et puis j’ai compris que cette peur , c’est la peur d’avoir peur. Alors j’ai cherché d’abord des petits « placebo » qui me rassurait (de l’eau, des cachets de magnésium, du sucre, un portable. ..) et je ne sortais pas sans cela. Ensuite j’evaluais mes angoisses sur une échelle de 1 à 10 (ça paraît débile mais ça marchait) et dernière chose, je sortais avec des gens ( 1 ou 2 amis et mon grand frère) qui étaient au courant de mes angoisses et qui arrivaient bien à me détendre. Petit à petit j’ai réussi à vaincre tout ça et même à refaire des choses qui me semblais impossibles (concert, manies, transport en commun. ..) et aujourd’hui mes angoisses ne me font plus souffrir de cette manière. J’arrive mieux à les gérer, je vois une thérapeute qui fait de la sophrologie et de l’EMDR et c’est surprenant comme je me sens bien après! J’espère que tout va s’arranger pour toi, pour finir sur un point positif, cela m’a permis de mieux me connaître et de faire plus attention aux moments où mon corps et mon esprits ont besoin de se ressourcer!

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 49 min

      Lol oui vive l’informatique :) Un tout grand merci pour ton message <3 Comme toi quand je quittes la maison c'est avec une trousse de médocs, un roll-on anti stress, et tout un tas de trucs "au cas ou". J'ai parfois l'impression d'être Dora avec son sac plein de brols :)- C'est super que tu ai pu compter sur des amis pour t'aider. J'espère que les thérapies m'aiderons, en tout cas ton message m'encourage, merci ! <3

  • Reply Sandrine 19 janvier 2015 at 19 h 06 min

    Quelques mots d’encouragement pour toi, Billie.

    Bravo d’avoir su trouver la force de publier cet article et d’entreprendre des démarches pour sortir de l’enfer que tu vis.

    Je te souhaite sincèrement de (re)trouver la serenité.

    Prends soin de toi,

    Sandrine.

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 46 min

      Merci beaucoup Sandrine <3

  • Reply ploum 19 janvier 2015 at 19 h 27 min

    hello, je souris en lisant ces lignes….je souris car je vis ( ou plutot vivait )la même chose que toi ….d’ailleurs j’aurais pu ecrire cet article….j’ai 30 ans et ça fait 10 ans que je souffre d’angoisses, à l’époque j’étais étudiante, fatiguée stréssée entre les ptits boulots, les études etc….et un jour j’ai craqué comme ça dans le métro….impression de mourrir..j’ai mis 5 ans pour comprendre et m’en sortir….aujourd’hui j’ai 30 ans , un travail, et même 2 enfants !!!! comme quoi la vie peut continuer….j’ai compris tout les mécanismes de ces angoisses et comment les vaincres, même si tu est bien consciente que le chemin sera long et difficile, tu as une attitude positive déjà tu l’acceptes et tu prend ta vie en main ( consultation etc…)si tu veux en parler, je peux te donner des conseils, des astuces , des méthodes pour t’en sortir..n’hésites pas car je SAIS ce que tu vis, les sorties au resto, la peur de vomir ou pire, les files d’attente, le coeur à 10000 , je connais tout ça….je dis toujours tant que ça ne te tombe pas dessus tu peux pas comprendre….et bien moi je te comprend et te soutien mais toi seule peut t’en sortir car c’est possible ou du moins faire que ta vie sois la meilleure possible …

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 46 min

      Bonsoir Ploum :) Un tout grand merci pour ton message <3 C'est plein d'espoir et chaque message reçu me donne encore plus la force de me battre et d'avancer. J'espère de tout coeur que ça aidera d'autres personnes. J'ai plusieurs rendez-vous dans les semaines à venir avec des spécialistes, je pense en parler ponctuellement sur le blog en espérant apporter de jolies nouvelles et que ça puisse aider. Je te fais plein de bisous et je te remercie encore <3

  • Reply Elsa 19 janvier 2015 at 20 h 10 min

    Bonjour

    Merci de ta franchise et de ton courage.
    Je t’invite à regarder du côté de TIPI, qui est une technique pour revivre sensoriellement l’origine de nos blocages émotionnels pour les réguler définitivement (une seule séance pour régler chaque situation qui te pose problème). Rapide et efficace. Et c’est tout à fait compatible avec une aide psychologique pour un travail de fond.
    Bon courage !

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 43 min

      Bonsoir Elsa ! Super merci pour le conseil, je ne connaissais pas du tout ! Je vais me renseigner ! Plein de bisous <3

  • Reply Dorothée 19 janvier 2015 at 20 h 36 min

    Bonjour. Je souhaitais te féliciter d’avoir écrit cet article, cela demande beaucoup de recul et de force. Il est très émouvant et je ne pouvais m’empêcher de te dire que poser des mots sur ce que tu ressens, ce que tu vis, est une très belle étape. Je te souhaite beaucoup de courage et que cette maladie soit bientôt un mauvais souvenir.

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 42 min

      Merci Dorothée <3

  • Reply Jade 19 janvier 2015 at 21 h 03 min

    Bonsoir,

    Je constate que comme beaucoup, j’ai aussi vécu la même chose que toi, et tes mots auraient pu être les miens. Désormais j’ai du recul et je peux expliquer cette situation.
    Ca a commencé au lycée par des crises d’angoisse (l’impression de ne plus pouvoir respirer), le fait d’être bloquée en cours sans pouvoir me lever me stressait (du coup j’allais aux toilettes tout le temps, comme par précaution) et j’avais toujours peur d’être malade moi aussi. Mon sac était ultra lourd car j’avais des objets dont je ne pouvais pas me séparer (toujours une bouteille d’eau, une énorme trousse de médicaments, toujours de quoi manger,…) J’ai commencé la fac en pensant que j’allais changer de vie, que j’allais enfin avoir mon indépendance, sans ma famille, dans mon propre appart. Et là, ca a été tout le contraire. Je pleurais tous les après-midi donc je n’allais pas en cours, je mangeais très peu car j’avais peur de vomir, je ne sortais jamais, je craignais que les gens me prennent pour une coincée. Le but de ma semaine était de rentrer le plus tôt possible chez mes parents et d’en repartir le plus tard possible (à tel point que je partais le lundi matin très tôt et j’arrivais avec ma valise en cours). Mes parents, que je devais appeler 3 fois par jour, étaient très inquiets et ma mère a pris rdv avec la psy de la fac. Ca s’est très mal passé avec elle : elle ne parlait pas, et du coup ça me bloquait. Je parlais de tout pour éviter de parler de mes problèmes. Je pense qu’au fond, elle s’en foutait.

    Puis j’ai eu plusieurs déclics au même moment : d’abord j’ai eu 18 ans à la moitié de l’année. Tout à coup, je me suis sentie plus légitime à être étudiante. Comme si à 17 ans, je n’étais pas prête à quitter mes parents. Puis au même moment, les résultats du premier semestre ont été catastrophiques. D’habitude bonne élève, ça m’a fait un vrai électrochoc donc je me suis mise au travail pour tout rattraper au second semestre.

    Aujourd’hui tout ça est très lointain mais je continue à combattre non plus l’angoisse mais la colère qui l’a remplacée. Je me demande même si au fond je ne suis pas en colère d’être passée à côté de mon adolescence à cause de toutes ces angoisses.

    Je crois que le premier pas pour s’en sortir c’est de reconnaître que quelque chose ne va pas, et que ce n’est pas quelque chose de passager. Donc je crois que tu es sur le bon chemin. Et je te souhaite bon courage pour retrouver un équilibre.

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 37 min

      Bonsoir Jade,
      ton histoire m’a touchée, je peux imaginer à quel point ça a dû être difficile. Et souvent on ose pas en parler parce que pour les personnes qui ne connaissent pas les angoisses c’est difficile de comprendre. Et si en plus la psy n’a pas su t’aider ça n’aura fait que te donner la sensation d’être mal comprise. J’espère que depuis lors tu vas beaucoup mieux et que tu as pu soigner tes angoisses. Je t’encourage à vider cette colère, et cette frustration car malheureusement on ne peut pas changer le passé. Mais ton présent et ton avenir n’appartiennent qu’à toi et je suis certaine que tu arrivera a vider cette colère qui te reste pour être débarrassée de tout ça. Moi je t’envoi plein de bisous et je te remercie encore <3

  • Reply maud 19 janvier 2015 at 21 h 26 min

    Oh mon Dieu que je te comprends.
    J’ai moi même vécu tout ça, cette incapacité physique à mettre le pied dehors, j’ai été dans l’incapacié de sortir pendant plus de 6 ans, l’entourage qui ne comprends pas, que c’est de la comédie, et que ce n’est pas possible de ne pas sortir. Une chose est sur, ce n’est pas grace à eux que je m’en sort.
    Maintenant ça va mieux, j’ai pu reprendre mes études, les engoisses , la peur sont toujours là, mais j’arrive à les controler. Y a pleins d’endroit autour de chez moi ou je ne peux pas encore aller, mais petit à petit mon « périmétre » s’agrandit et je prends un peu plus confiance.
    Ok , ça a mit plus de 6 ans , mais j’étais seule et trés peu soutenue. Une chose et sur, ne pas se forcer, c’est la que tu bloques, et que tu reparts pour des semaines, d’auto-motivation pour repenser à franchir le pas. Il faut essayer, quand tu le sent toi, pas les autres. Le changement ne viendra que de toi, l’impulsion ne viendra que de toi!
    Je suis de tout coeur avec toi. G Biz

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 31 min

      Bonsoir Maud, merci de me partager ton histoire, c’est a la fois super touchant et très encourageant. Je sais à quel point c’est lourd à porter et à quel point chaque combat ‘anodin pour les autres’ est épuisant pour nous. J’ai beaucoup de chance d’avoir des proches en or qui me soutiennent (même si ils ne peuvent pas comprendre ce que je vie) et je regrette que tu n’ai pas eu la même chose. Bravo à toi de t’être battue et d’avoir repris ta vie en main ! Bravo pour ces petites et grandes victoires, tu as de quoi être fière de toi <3 On est plus sensibles, mais aussi plus fortes finalement <3 Plein de bisous

  • Reply caroline 19 janvier 2015 at 21 h 27 min

    simplement MERCI…. bouleversant…merci du fond du coeur Billie…

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 28 min

      <3 <3 <3

  • Reply Corinne (Couleur Café) 20 janvier 2015 at 8 h 20 min

    Je viens de lire un livre de Philippe Labro quelque peu similaire à ce sujet, si çà peut t’intéresser http://couleurcafe.publicoton.fr/tomber-sept-fois-se-relever-huit-498638
    Sinon, je trouve que tu as bien fait de prendre ton courage à deux mains, et d’écrire cet article. En mettant des mots sur tes maux, tu fais déjà un grand pas, et le rôle de tes proches est primordial dans ton processus d’un mieux-être. En tout cas, bon courage et continue à ne pas trop demander à toi-même, c’est bien parfois de se laisser aller, de se dire qu’on n’y arrive pas car on est tout simplement humain. Je te fais de gros bisous.

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 26 min

      Bonjour Corinne, merci pour ton message ! Je ne connais pas du tout, je vais me renseigner de suite :) Je me rends compte que désormais le fait de l’avoir dis à tout le monde ça me permet de supprimé l’angoisse de devoir l’expliquer à chaque fois qu’on est chez des amis ou au resto. C’est bête mais c’est déjà un pas en avant et un poids en moins. Je réalise aussi qu’on est beaucoup a souffrir d’angoisses, sans forcément oser en parler ou savoir comment le gérer. J’espère que ça mon article pourra aider d’autres personnes à franchir le pas. Plein de bisous à toi <3

  • Reply Amélie 20 janvier 2015 at 14 h 20 min

    comme je compatis ! C’est fou comme, dès que ça touche à l’esprit et au moral, les gens ont du mal à admettre que ça soit une vraie maladie et pas juste de la faiblesse ou un coup de mou… Mon chéri est psychiatre, il traite notamment des tocs, des phobies et des anxiétés généralisées par les TCC (thérapies comportementales et cognitives), ça marche bien. Courage, ça va s’arranger !!

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 24 min

      Merci Amélie <3 Moi la première j'ai vraiment du mal à accepter que ce soit une maladie et que cela nécessite d'être soigné par des professionnels et non par ma seule volonté. Mais petit à petit... Je pense que comme le Burn-out, les angoisses sont la "nouvelle maladie du siècle", on est beaucoup à en être victimes, juste qu'on n'ose pas encore assez en parler. J'ai rendez vous la semaine prochaine avec un psychiatre spécialisé en angoisses et la semaine d'après avec une psy en somatologie. Je ne manquerai pas de donner des nouvelles sur le blog <3 Merci pour ton message !

  • Reply Mme Wild 20 janvier 2015 at 18 h 10 min

    « Atélophobie : peur de na pas être assez bien ». Mais tu n’es pas « assez bien », tu es bien mieux ! Ne cherchons pas la perfection, la perfection c’est ennuyeux ;-)
    Courage jolie Billie et félicitations pour ta une HC !

    • Reply Billie 20 janvier 2015 at 20 h 20 min

      Merci Mme Wild <3 Je pense que je vais filer m'acheter la femme parfaite est une connasse :)- Non sérieusement je sais bien que la perfection est une utopie et surtout pas du tout intéressante, mais j'aimerai me sentir "assez bien" à mes yeux : ) Un grand merci pour ton commentaire ^^

  • Reply Steph (Blisskissblog) 21 janvier 2015 at 17 h 06 min

    Bravo pour faire ce pas énorme : en parler, mettre des mots et les rendre public c’est un bond en avant. Et tu as pris les choses en main, c’est très positif. Une de mes amies a le mêm problème mais ne l’accepte pas et refuse donc toute aide. Je sais que c’st difficile pour elle mais c’est aussi difficile pour moi car je me sens impuissante pour l’aider. J’ai une question: est-ce que l’écriture et le RDV régulier avec tes lecteurs te fait du bien? Est-ce que ça t’aide à aller de l’avant? J’imagine que oui mais tu es la mieux placée pour répondre. En tout ca, je pense effectivement que ce post pourra aider ou au moins réconforter certaines personnes. Félicitations encore!

    • Reply Billie 22 janvier 2015 at 20 h 06 min

      Merci Steph ! C’est clair que ce n’est pas facile. Mais une fois que c’est dis c’est vraiment un poids en moins. Je conseille vraiment à ton amie de lire ce qui existe sur le net, elle se sentira moins seule et ça lui permettra de mieux comprendre ce qu’elle vit. Pour ce qui est du blog, c’est vraiment selon les personnes, ça peut aussi bien t’épanouir qu’être également une source d’angoisse… J’espère qu’elle trouvera la force d’affronter tout ça. Merci pour ton message <3

  • Reply loeli 21 janvier 2015 at 17 h 52 min

    Bravo pour cet article qui a du te demander beaucoup de courage ! J’ai été très touchée par ce que tu décris , surtout qu’écrivant moi même un blog sur la positive attitude , et étant de nature optimiste et toujours à voir le bon côté des choses, je sais ce que c’est que de vouloir aller toujours bien et de se sentir parfois incomprise. Ce n’est pas parce que l’on s’efforce de voir le meilleur dans toutes choses et d’essayer de le faire voir aussi autour de nous par nos articles, que nous avons une vie toute rose pour autant !

    Bref , en tout cas , je te souhaite un très bon rétablissement, et j’espère que le fait d’avoir décider de prendre en main ton mal, t’aidera à te sentir mieux !

    Plein de bisous et à très bientôt peut-être , sur ton blog ou sur le mien ! N’hésite pas à venir me voir j’en serai ravie !

    Loeli <3

    • Reply Billie 22 janvier 2015 at 20 h 09 min

      Bonsoir Loeli, merci beaucoup pour ton message <3 Il est vrai qu'on a tendance a ne montrer que les choses faciles et jolies, mais parfois rétablir un équilibre en montrant que tout n'est pas rose c'est important. Je ne manquerez pas de venir faire un petit tour sur ton blog ! A très bientôt ! <3

  • Reply Seph 21 janvier 2015 at 22 h 06 min

    Je prends enfin 5min pour faire un pti tour sur ton blog…
    je découvre l’article et me dit que tu es finalement une fine cachottière….sous ton apparence de tout maîtriser et tout gérer à merveille (carrière grandiose, maman extra, bloggeuse super in, cerveau rempli d’idée…et en plus qui concrétise toutes ces idées….), je me disais, mais comment elle fait! moi j’y arrive pas…..et pourtant c’est pas faute d’essayer……
    et bien donc finalement tu as des faiblesses….comme moi, comme eux, comme beaucoup de monde….
    bravo de les afficher, bravo de les partager et de les affronter!!! quel courage :-)
    et merci! A la lecture de l’article on se dit que finalement on est pas seul avec ses faiblesses et ça fait du bien, et j’espère également que ça t »a fait du bien de l’exprimer,! Je t’envoie un million de bisous anti-angoisses!!! et te souhaite de les « guérir » au mieux!

    • Reply Billie 22 janvier 2015 at 20 h 10 min

      <3 Merci Steph. Mais comme tu le vois la vie virtuelle n'est pas du tout le reflet exacte de la réalité. On y montre ce que l'on a envie de montrer :) Et je suis loin d'être tout ce que tu dis, c'est l'image que j'aimerai avoir, mais je crie, je pleure, j'échoue et je doutes (sans doute plus que la plupart des autres mamans). Merci en tout cas ça me touche <3 Des bisous !

  • Reply sandra 22 janvier 2015 at 6 h 14 min

    A aucun moment ce que tu dis n’est exagéré , même si ce n’est pas un cancer ce n’est pas comparable, la souffrance est là…quel courage d’oser s’avouer à soit d’abord et ensuite aux autres ce mal être… hé bien moi je te souhaite toute la force possible pour surmonter cela , je crois te comprendre car l’angoisse je la connais aussi même si je n’en suis pas à ce stade mais je sais que parfois on se sent incapable,impuissant et sans énergie ,difficile de garder une bonne contenance devant les autres…courage ,courage ,une chose est sûre tu as plein de ressources en toi

    • Reply Billie 22 janvier 2015 at 20 h 12 min

      Merci Sandra <3

  • Reply David 22 janvier 2015 at 14 h 01 min

    Tu as eu 1000x fois raison de partager ton expérience de vie avec la blogosphère!!! En fait, même si tu es seule face à tes démons, tu te rends compte que tu n’es pas seule à vivre ça et en plus cet article vraiment bouleversant t’a permis d’échanger avec des gens qui vivent des choses similaires!!!
    Je sais que nul ne peut combattre ce mal à ta place, que nul de peut te soulager à part toi, mais sois confiante, tu trouveras les clés… T’es une personne merveilleuse, un être magnifique… Je sais que rien ne peut t’arrêter, que tu as une soif de vivre, une soif d’avancer, de toujours aller plus loin…. et tu donnes toujours le meilleur de toi même, mais comme je te l’ai dit il y a quelque jour, n’oublie pas d’être douce avec toi, de te donner le temps de faire les choses, de te donner le droit d’être mal et de te laisser aller, d’accepter d’être faillible. Crois en toi, en tes qualités, en tes talents, accepte de te satisfaire de ce que tu fais… Je sais, ce n’est jamais assez bien, mais crois le, les gens t’admirent, les gens apprécient ton travail, pas juste par sympathie mais parce qu’il est de qualité. Fais toi confiance!!!!!!

    • Reply Billie 22 janvier 2015 at 20 h 14 min

      <3 <3 <3

  • Reply rosablanca 27 janvier 2015 at 8 h 09 min

    bonjour, merci pour cet article. Il n y a pas de honte a écrire un article qui explique que tout ne va pas bien dans la vie.
    Je fais partie des angoissés mais pas dans ce « type » là. Je n ai pas de phobies, d attaque…
    J’ai des peurs, des incertitudes,des questionnements ( pourquoi je n ai pas de travail, pas d amis, je suis bêtes, est ce qu il tient à moi, est ce que lui et moi ça va durer. des questions simples mais pourtant importantes, pour moi en tout cas).. l incertitude ronge et fait mal moralement mais aussi physiquement car je me sens en permanence fatiguée, je me fais du mal, mais je ne suis pas maso. Je suis peu une stressée en dehors des examens, rdv d emploi, mais j arrive à gérer et je ne tremble qu après. Je sais en grande partie d’où cela vient, de mon enfance et de mon mauvais relationnel mère-fille, hélas savoir d où cela vient n arrange rien du tout. Cela fait plusieurs années que je suis diagnostiquée dépressive à tendance suicidaire (mais la dépression a commencé bien avant ce diagnostique bien sur) et je suis sensé etre suivi par un psy qui ne peu pas grand chose pour moi car il faudrait en partie que ma vie s améliore que je « me réalise » pour que mon moral s améliore. Par contre les crises d angoisse declenche des crises de fibryomalgie et c’est douloureux.
    Pardon d avoir parlé de mon cas, cas d une angoissée mais pas de la même manière que vous.
    J espere que pour vous cela ira de mieux en mieux

  • Reply Titisse 2 mars 2015 at 15 h 14 min

    ce n’est pas facile, tu as fait un énorme pas en mettant les mots dessus
    ce n’est pas facile parce que souvent les maladies qui ne sont pas physiques sont mises de côté :/

    • Reply Billie 2 mars 2015 at 15 h 42 min

      Merci <3 C'est pas évident tous les jours, mais l'avoir mi en mots m'a beaucoup aidé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *