Escape from the Asylum

Vous vous réveillez l’esprit encore brumeux, la pièce se dessine doucement alors que vos paupières peinent encore à tenir ouverte. L’endroit vous est totalement inconnu. D’étranges appareils sont entreposés dans un coin, tandis que les murs sont nus de toute décoration. La faible lumière rend l’endroit encore plus flippant. Où êtes vous ? Comment avez vous pu atterrir là ? Vous n’arrivez plus à vous souvenir de la veille… Une chose est certaine, il faut vite sortir de là ! Bienvenue dans Escape from the Asylum !

Toi aussi, tu as dévoré toutes les boîtes de Unlock, décortiqué tous les numéro des Exit, parcouru toutes les pages des Escape Books ainsi que les cartes des Deckscape ? Bravo ! Tu fais partie du club “fermé” des adorateurs d’escape games. Ce groupe d’accro aux énigmes en tout genre, aux neurones fumantes, aux réflexions en groupe et aux déductions logiques vient de trouver une nouvelle dose pour leur addiction quotidienne : Escape from the Asylum. Un format d’escape d’un genre nouveau qui vous propose de vivre une série d’aventures en 10 parties, toutes liées entre elles par une même intrigue.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est escape-from-asylum-39-1440x960.jpg

La série qui n’est pas sur Netflix

Vous l’avez compris, toute l’intrigue se déroule dans un lugubre et étrange asile. Votre but sera d’explorer les différentes pièces qui le compose pour arriver à en sortir. Le jeu se présente sous forme de deux coffrets. La première partie se déroule à l’étage où on vous invitera à prendre la place de 5 personnages et de les aider à s’enfuir. Et une fois tout le monde sorti, vous entamerez la deuxième partie de l’aventure avec de nombreuses révélations et fins possibles. Un coffret comprenant donc 10 heures de jeu (une campagne de 10 parties d’une heure chacune) ! Parfait pour occuper les longues heures de quarantaine !

Dans chacun des volumes, on retrouve des cartes numérotées ainsi qu’un plan de l’asile et des enveloppes (représentant les différentes salles). Pas besoin d’applications sur le téléphone ou de devoir lire de longues règles de jeu. Vous commencez l’histoire par une carte et il vous suffit ensuite de suivre le fil narratif. De cartes en enveloppes, tout est clairement indiqué. Le jeu est fluide et se déroule comme une histoire dont vous êtes le héro.

Pour chaque aventure du premier coffret, vous allez être dans la peau d’un personnage différent. Celui-ci aura un objectif qui lui est propre et une manière bien à lui de parcourir l’asile. Les enveloppes représentent des portes qui pour la plupart devront être ouvertes en déchiffrant un code ou en analysant les informations sur celle-ci. On a beaucoup aimé l’originalité des mécaniques qui sont proposées, c’est audacieux et ça change de ce qu’on a l’habitude de connaître.

Cela donne un petit côté legacy où on découvre au fur et à mesure le contenu des enveloppes (sans pour autant les altérer). Car une fois que vous aurez percé tous les mystères du jeu et que vous serez venu à bout des 10 parties, vous pourrez réinitialiser le jeu.



Attention ça peut rendre dingue

Il y a néanmoins un “mais”. Car contrairement à ses cousins (Unlock et Exit par exemple), ce n’est selon moi, pas du tout un jeu adapté aux familles ou aux joueurs non expérimentés. J’entends par là que le niveau est vraiment corsé, et que certaines énigmes sont particulièrement “tordues”. Malgré que nous avons généralement un bon taux de réussite aux escape games, je dois avouer qu’on s’est souvent retrouvés contraints de s’aider des indices (qui ne nous ont pas vraiment été utiles au final). Il y a des épreuves qui sont, à mon goût un peu trop capillotractées, mais peut-être n’ai-je pas le niveau pour dompter une telle bébête.

C’est donc un jeu destiné surtout aux plus ardus d’entre nous. L’esprit campagne est vraiment plaisant ainsi que les différents mécanismes proposés et l’esprit “calendrier de l’avent”. La narration est bien faite et m’a un peu rappelée celle de Detective mais pour autant, j’ai pas vraiment ressenti d’immersion comme dans un Unlock. Mais vu le budget : 35 euros pour 10 heures de jeu, clairement ça vaut la peine de s’y intéresser. Je vous invite également à aller faire un petit tour sur le site de l’éditeur où se trouve les errata et faq.


Escape from the Asylum est disponible à 35€90 sur Philibert

Afin de ne pas inonder le blog de publicités et pouvoir continuer à le développer, j’ai rejoins le programme d’affiliation du site Philibert. Pour vous, cela ne change strictement rien. Pour moi, cela permet de générer un tout petit pourcentage de rémunération lors d’une commande en ligne. Cela vous permet ainsi de soutenir le blog tout en remplissant votre ludothèque et moi, cela me permet de vous proposer encore plus de contenu.

One thought on “Escape from the Asylum

  • Reply Karen B 30 mars 2020 at 12 h 02 min

    Ça donne envie d’y jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *