It’s a wonderful world, draft ton monde parfait !

On dit souvent qu’il ne faut pas juger un livre jeu sur sa couverture (skyjo en est la preuve !), mais peut-on pour autant faire confiance à son titre ? Car bien souvent, celui-ci nous donne de précieuses indications quant à son thème ou à sa mécanique. Mais que penser quand on se trouve nez à nez devant une boîte portant le mélodieux titre de “It’s a wonderful world” ? Alors certes, on a tous en tête la célèbre chanson de Louis Armstrong mais pourquoi tant de mystère ? C’est la question que je me suis posée quand “It’s a wonderful world” a été nominé pour l’As d’or 2020 en catégorie Expert. De quoi susciter ma curiosité et avoir envie de m’y frotter.

Aujourd’hui, nous allons donc découvrir un monde merveilleux ou plutôt un jeu de Frédéric Guérard illustré par Anthony Wolff et édité par Origames et la Boîte de jeu. Un jeu qui plaira aux amateurs de draft, aux combos addicts, aux adeptes de la planification et aux maniacs du développement. Un jeu qui n’a pas besoin de thème fort pour fonctionner et qui s’illustre par sa mécanique bien rodée. 45 minutes pour bâtir et optimiser son empire pour 1 à 5 magnats de la gestion dès 14 ans. Prêt.e à relever le défi ?


Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est wonderful-world-jeu-14-1440x960.jpg
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est wonderful-world-jeu-5-1440x1061.jpg

It’s a wonderful world nous invite dans une monde rétro futuriste où nous allons développer et optimiser notre Empire pour devenir les rois du monde. Mais pour y arriver, il faudra bien choisir les voies à emprunter. Miserez-vous sur des projets scientifiques, économiques, de nouveaux véhicules ou de l’exploration ? Tant de possibilités s’ouvrent devant vous, à vous de jouer les bonnes cartes !


Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est wonderful-world-jeu-5-1440x1061.jpg
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est wonderful-world-jeu-45.jpg

Durant 4 manches, les joueurs vont drafter 7 cartes (on choisit une carte et on fait ensuite passer le paquet de cartes restantes à notre voisin qui fait de même, et ce jusqu’à ce que toutes les cartes aient été distribuées). Un système de draft qui plaira aux amateurs de 7th wonders. A vous de choisir les cartes pouvant au mieux servir votre stratégie et qui amorcera une belle productivité. Mais veillez à garder un oeil sur celles que vous allez passer à vos voisins et qui pourraient leur apporter un avantage certain.


Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est wonderful-world-jeu-10-1440x960.jpg
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est wonderful-world-jeu-12-1440x1062.jpg

Les cartes sont de différentes couleurs (selon les ressources auxquelles elles sont liées). Une fois que vous avez acquis vos 7 cartes lors d’un tour de draft, vous pourrez choisir de les mettre en construction ou de les recycler. Si vous ne désirez pas garder une carte vous pouvez la défausser et gagner la ressource indiquée en bas à droite de la carte. Si par contre la carte vous intéresse, vous pouvez l’ajouter à la ligne de vos cartes en construction.



Viens ensuite l’étape de production. Toutes les cartes ayant été construites (en ayant posé dessus les ressources nécessaires) sont ensuite ajoutées par dessus la carte de départ. Ces cartes vous permettent désormais de produire des ressources à chaque tour. Il y a donc une vraie sensation de construction de jeu et engineering car plus rapidement vous produirez, plus vite vous pourrez construire des cartes et ainsi de suite. Tout le sel du jeu est faire les meilleurs choix de cartes pour développer efficacement et rapidement son jeu. De quoi ravir les amateurs de planification de développement.



On passe alors à la distribution des ressources en respectant l’ordre des flèches (avec une graduation des cubes gris jusqu’au cubes bleus). Pour chaque type de ressources, les joueurs vont annoncer le nombre de cubes qu’ils produisent (indiqués sur la ligne du bas des cartes qu’ils ont construites). Chacun reçoit les cubes et peut les répartir sur les cartes en cours de construction (ou sur sa carte empire en vue de les transformer en cube rouge). De plus, on vérifie pour chaque type de ressources celui qui en reçoit le plus. Le joueur majoritaire recevra à chaque fois un jeton bonus qui pourront lui être utile pour ces prochaines constructions mais aussi rapporter de précieux points en fin de partie.



Oui mais comment on gagne ? En faisant d’astucieux combos ! Certaines cartes permettent de gagner des points de victoire, soit en bonus unique soit en multiplicateur (par exemple pour chaque carte jaune construite vous gagnerez 3 points de victoire). A vous de faire les bons choix et d’associer les bonnes cartes. Celui qui comptabilisera le plus de points en fin de partie (grâce aux PV des cartes ainsi que des jetons) sera élu maître du monde ! (et ouais rien que ça !).

Les règles sont fluides et la mécanique bien rodée offrant planification et stratégies multiples. Un jeu expert qui n’assomme pas avec une pléthore de règles et de petits détails. Et un peu comme une voiture de course qui peut impressionner par sa puissance, elle se prend en main facilement et permet une belle courbe de progression. Une réelle envie de reviens-y, qui en fait un des jeux qu’on sort le plus en ce moment.

Néanmoins, son thème reste pour moi un mystère. Plutôt fan des jeux immersifs me proposant une sensation de vivre une aventure en dehors de mon environnement, ici ce n’est clairement pas le cas. Pour autant, les illustrations sont vraiment belles et le matériel qualitatif, mais ne vous attendez pas à ce que le jeu vous embarque dans autre chose qu’un excellent jeu de développement.

Il propose aussi une version solo ainsi que et des campagnes et scénarios (3 scénarios solo additionnels sont téléchargeables sur leur site) que nous n’avons pas encore testés. Deux extensions sont prévues : Guerre et Paix qui propose un mode campagne avec un esprit legacy (disponible chez Philibert au prix de 17€95) et en août sortira Corruption Et Ascension avec de nouvelles cartes et de nouvelles stratégies.


and I think to myself… What a wonderful world !

It’s a Wonderful world est en vente chez Philibert au prix de 35€90

Afin de ne pas inonder le blog de publicités et pouvoir continuer à le développer, j’ai rejoins le programme d’affiliation du site Philibert. Pour vous, cela ne change strictement rien. Pour moi, cela permet de générer un tout petit pourcentage de rémunération lors d’une commande en ligne. Cela vous permet ainsi de soutenir le blog tout en remplissant votre ludothèque et moi, cela me permet de vous proposer encore plus de contenu. Certains jeux sont issus de collaborations avec les éditeurs ou distributeurs, cela ne change en rien mon avis sur ceux-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *