Museum Pictura, qu’est ce qui change ?

30 ans se sont écoulés dans le monde de l’art depuis l’ouverture du premier Museum. Nous sommes à présent dans les années folles, et quelque peu lassés de voir toujours les mêmes reliques historiques. Les visiteurs veulent du neuf. Des couleurs audacieuses, des idées originales et extravagantes ou encore une oeuvre tout en élégance…

Désormais, les œuvres picturales ont le vent en poupe et remplissent rapidement toutes les galeries des musées du monde entier. Bien sûr, chaque musée suit sa propre tendance et, même si les échanges sont monnaie courante, il faudra garder à l’œil les préférences de chacun. En tant que conservateur d’un musée de renom, vous allez devoir développer vos collections, vous attirer les faveurs des mécènes et faire attention aux œuvres laissées dans le stock. Et si vous parvenez à épater la galerie, à vous le prestige et la victoire !

Voici Museum Pictura, le tout nouveau jeu de chez Holy grail game qui sortira en kickstarter au début du mois de mars. Nous avions adoré Museum et nous étions impatients de découvrir ce que ce nouvel opus allait apporter de plus. Et nous avons eu la chance de recevoir le prototype du jeu afin de le tester et de vous le présenter. Une nouvelle boîte qui ne nécessite pas la version de base et qui vous propose de nouvelles mécaniques et 180 tableaux de grands peintres.

Alors, le jeu est-il juste une copie revisitée de l’ancien ? Apporte-t-il vraiment une sensation de nouveauté ? Mais au final, qu’est ce qui change par rapport à la version de base ? Je te dis tout sur Museum Pictura ! Si vous connaissez déjà la version de base, cet article vous présentera les différences et nouveautés apportées avec Museum Pictura. Si par contre vous n’avez jamais entendu parlé ou testé Museum, je vous invite à lire le premier article par ici.


Le style, la période et la tendance

L’un des grands changements pour ce nouveau Museum est que désormais les peintures ont pris la place des objets historiques. Cela a pour conséquence que les cartes ne sont plus organisées par continents et civilisations mais par style et période. On retrouvera ainsi parmi les périodes : le rococo, la renaissance ou le baroque. Quant aux style il s’agira de mythologie, d’histoire, de religion, de nature morte etc.

Les cartes ne sont donc plus limitées à une partie du plateau, ce qui peut supprimer une des grandes frustrations du jeu précédent (quand par exemple on ne voit quasi aucune carte Maya sortir durant toute la partie).



Le marché de l’art

Sur le plateau central, les œuvres sont donc réparties par Musées et organisés selon la tendance de chacun d’eux. Parce que les goûts et les couleurs ne se discutent pas (mais sont quand même liés à une mode), chaque musée disposera d’une carte tendance définissant le style, la période et le peintre préféré de ses visiteurs.

Chacun des musées proposera 5 cartes réparties en deux colonnes (celles correspondant à la tendance et celles qui ne le sont pas). Les cartes qui sont dans la colonne “tendance” vous coûteront plus ou moins de points de prestiges (selon l’élément en commun avec la carte : le style, l’époque ou le peintre). Lors de la phase d’acquisition de carte, vous pourrez choisir n’importe quelle carte du plateau central. Mais si la carte choisie fait partie de la tendance du musée auquel elle appartient, cela vous fera reculer d’autant de points de victoire qu’indiqué.

Par exemple, dans l’image ci-dessous, je peux acquérir une carte rouge du National Gallery of Victoria mais cela me coûtera 1 point de victoire. Et s’il s’agit de la première carte (numéro 1), cela me coûtera 3 points, tel que c’est mentionné sur la carte tendance juste au dessus.


En plus des tendances propres aux musées, il y a également une tendance générale qui vaudra pour tous les joueurs et qui changera à chaque tour. Lors de la pose d’une carte, cela pourra vous rapporter plus de points si l’oeuvre possède une des caractéristiques de la tendance générale. Et enfin, à la place de l’objectif personnel, chaque musée possédera sa propre tendance gardée secrète (et qui rapportera des points en fin de partie).



Rubens, Cezanne, Van Gogh …

Un autre changement est à noter sur les cartes œuvres. La valeur indiquée sur celle ci n’est plus utilisée comme une “monnaie d’échange ou de placement” mais représente le numéro du peintre qui en est l’auteur. Ceux-ci seront utilisés pour marquer les tendances ou gagner du prestige avec les cartes faveurs. Néanmoins, les collections par artiste ne vous rapporteront pas de points en fin de partie.

Puisque les œuvres ne sont plus différenciées par leur valeur, le système de pose a également été revu. Plus besoin de calcul mental, désormais pour poser une carte, il faudra uniquement placer une carte dans son stock (peu importe la valeur des cartes en question).



Tout se négocie avec le prestige

Les points de prestiges sont devenus “la monnaie” du jeu. On peut les gagner comme les perdre (notamment quand on choisi une carte faisant partie de la tendance d’un musée). Ce qui est intéressant, c’est qu’on peut ainsi modérer le rythme de la partie. Celle-ci s’achève toujours quand l’un des joueur a atteint la case 50. Avant, il fallait être attentif aux valeurs des cartes posées pour ne pas monter trop vite dans les points et précipiter la fin du jeu avant d’avoir pu construire ses galeries. Comme les cartes n’ont plus de valeurs de prestige une fois posées, tout se joue selon les tendances.



Organiser une exposition temporaire

Une autre nouveauté dans Museum Pictura, c’est la possibilité de réaliser une exposition temporaire. Pour cela, il faudra choisir une des collections de notre musée (par style ou par période) qui soit au moins constituée de 4 cartes. En réalisant une exposition temporaire, vous remportez non seulement immédiatement les points de prestiges correspondant à votre collection mais également un jeton d’exposition.

Chaque jeton existe en double, l’un rapportera 3 points si vous êtes le premier à vous en emparer tandis que l’autre ne vous rapportera pas de points. Ces jetons pourront vous rapporter des points et des avantages choisi parmi les différentes propositions de votre plateau personnel. Vous ne pourrez néanmoins faire qu’une seule exposition par style/période avec un maximum de 5 expositions pendant la partie.



Suivre les tendances

Les experts ont aussi laissé place aux grands mécènes. Alors qu’en achetant un expert, cela permettait de scorer un point de plus par domaine ou civilisation. Les grands mécènes ne s’acquièrent qu’en répondant à leurs attentes. Ces cartes peuvent rapporter un précieux avantage ou des points de prestige. Il n’y a plus non plus de carte à la une (annonçant un événement dans le monde et modifiant le cours du jeu) ou de jeton d’opinion publique (pénalisant en fin de partie).

Il est toujours possible de réaliser un inventaire (notez que la taille de la main est passée à 8 cartes). Par contre, on ne plaisante pas avec l’art, ainsi chaque tableau laissé de côté (dans votre stock de défausse) vous coûtera des points de prestige en fin de partie. Attention donc à ne pas laisser la Joconde prendre la poussière dans un coin.



Avec un look art deco

Même si on retrouve vraiment le style de Museum, de nombreux éléments ont été transformés ou remplacés pour en faire un jeu différent. On a d’autres choses à prendre en compte et les mécaniques précédentes sont totalement révolutionnées. On a simplifié le système de pose de carte ainsi que les collections mais en ajoutant de nouvelles spécificités telles que les tendances.

30 ans, ça change un jeu n’est ce pas ? Pour être raccord avec l’époque, c’est dans un style Art déco qu’on redécouvre le jeu. Et c’est un travail de titan qui a été nécessaire en recherche et illustration pour créer les 180 cartes qui composent le marché de l’art. Museum Pictura est clairement aussi beau (si pas plus encore) que son prédécesseur.

En bref, un jeu qui a été savamment réinventé tout en gardant l’essentiel. Ni plus difficile ni plus facile, il est juste différent. Alors oui, malgré qu’on a déjà la boîte de Museum classique, ça vaut vraiment la peine de découvrir de nouvel opus.



Museum Pictura, disponible dès le 3 mars 2020 sur kickstarter !


One thought on “Museum Pictura, qu’est ce qui change ?

  • Reply Laurent 28 février 2020 at 19 h 35 min

    Clair et classe, comme d’habitude. C’est chouette de trouver des infos sur ce jeu à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *